Vous recherchez une actualité
Actualités

CRISE CARDIAQUE et AVC : Quid des produits laitiers et de leurs acides gras saturés ?

Actualité publiée il y a 3 années 3 mois 5 jours
European Journal of Epidemiology

Les produits laitiers sont d’abord une excellente source de protéines et de calcium, mais sont également riches en acides gras saturés. Or il est recommandé de limiter ses apports en graisses saturées, associées à un risque accru de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux. Cette méta-analyse internationale a précisément regardé l’état des preuves dans la littérature sur cette association produits laitiers et événements cardiovasculaires. Ses conclusions, présentées dans l’European Journal of Epidemiology sont en faveur d’une absence de risque en cas de consommation modérée, avec, même une très légère association inverse (donc de réduction du risque) avec le fromage !

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

En pratique, « consommer du fromage sans excès n'accroît pas le risque de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral », rassurent les auteurs. Encore une fois tout est dans la diversification du régime alimentaire. On peut consommer de tout, mais en petites quantités. Ainsi, concernant les acides gras saturés, la recommandation est un apport quotidien ne dépassant pas 30 g pour l'homme et 20 g pour la femme moyenne.


Les chercheurs de l'Université de Reading (UK), de Copenhague et de Wageningen (Pays-Bas) ont sélectionné et analysé les données de 29 études d'observation portant sur le lien entre la consommation de produits laitiers et les maladies cardiovasculaires, coronariennes et les décès toutes les causes confondues. Au total, la méta-analyse porte ainsi sur 783.989 participants, du monde entier, âgés en moyenne de 57 ans avec un IMC moyen de 25,4. Ces participants ont été suivis entre 5 et 25 ans. 17 études avaient été menées en Europe, les autres en Asie, e Australie et aux États-Unis. Les chercheurs ont examiné le lien pour chaque augmentation de la consommation quotidienne de

-244 g pour le lait

-50 g pour les yaourts

-20 g pour les produits laitiers fermentés (fromage, yaourt et autres produits laitiers)

-10 g pour le fromage

-200 g pour le total produits laitiers riches en matières grasses, et le total à faible teneur en matières grasses. Enfin, les chercheurs ont pris en compte les facteurs de confusion dont l'âge, le sexe, le tabagisme, la consommation d'alcool, l'indice de masse corporelle (IMC), l'activité physique et l'apport calorique quotidien.

Pendant le suivi des différentes études, 93.158 décès, 28.419 cas de maladie coronarienne et 25.416 cas de maladies cardiovasculaires ont été recensés.

L'analyse montre que :

-l'apport total en produits laitiers (riche ou faible en graisses), l'apport en lait et l'apport en yaourt ne sont pas associés au risque de décès, de maladie coronarienne ou cardiovasculaire.

-le fromage (10g / jour) n'est pas lié au risque de décès ou de maladie coronarienne,

-l'apport total en produits fermentés, dont le fromage, (20 g / jour) est associé à un risque réduit, mais de 2% seulement de décès et de risque cardiovasculaire.

La méta-analyse conclut ainsi à l'absence d'association entre le lait entier, les produits laitiers à haute et faible teneur en matières grasses, le lait et les résultats de santé cardiovasculaires. Des données donc « positives » sur une consommation raisonnable de produits laitiers, qui n'excluent pas de veiller à limiter les apports en graisses saturées.

Autres actualités sur le même thème