Vous recherchez une actualité
Actualités

CRISE CARDIAQUE : Rester en forme réduit de moitié le risque !

Actualité publiée il y a 1 année 5 mois 2 semaines
European Heart Journal
La consommation maximale d'oxygène ou VO2max est une très bonne mesure de la santé cardiaque

Ce sont de nouvelles preuves qui viennent conforter encore une évidence, rester en forme permet de réduire considérablement le risque de crise cardiaque. De moitié même, démontre cette étude de la Norwegian University of Science and Technology (NTNU) qui alerte simplement, dans l’European Heart Journal : Une mauvaise condition cardiorespiratoire peut augmenter le risque de crise cardiaque, même en l’absence de tout symptôme. En substance, une bonne condition physique est une condition de bonne santé cardiaque.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

« Nous établissons un lien étroit entre une meilleure condition physique et un risque plus faible de crise cardiaque et d'angine de poitrine (angor) sur une durée de suivi de plus de 9 ans », résume l’auteur principal, Bjarne Nes, chercheur à la NTNU. « Même parmi les participants qui semblent en bonne santé, les 25% des personnes les plus en forme présentent un risque moitié moins élevé que les 25% les moins en forme ».

 

De 2006 et 2008, l’équipe de recherche a mesuré la capacité cardiorespiratoire de 4.527 hommes et femmes participant à la cohorte « HUNT », exempts de maladie cardiovasculaire, de cancer ou d’hypertension, et dont la plupart étaient considérés à faible risque de maladie cardiovasculaire pour les 10 années à venir. Les chercheurs ont utilisé un tapis roulant et un masque spécial pour mesurer la consommation maximale d'oxygène par une personne, considérée comme une mesure importante de la forme (Visuel). 147 participants ont subi une crise cardiaque ou reçu un diagnostic d'angine de poitrine en 2017. Les chercheurs ont analysé les participants par groupes en fonction de leur forme et par rapport à d’autres participants du même âge et du même sexe. L’analyse montre que :

  • le risque cardiaque diminue régulièrement avec l’amélioration de la forme physique ;
  • la corrélation entre la forme physique et le risque cardiovasculaire est également valable après ajustement avec d'autres facteurs de confusion.

 

 

La consommation maximale d'oxygène ou VO2max, une très bonne mesure de la santé cardiaque :  Notre corps utilise l'oxygène pour alimenter les processus métaboliques générant de l'énergie pour les muscles. L'absorption maximale d'oxygène ou la quantité maximale d'oxygène que le corps est capable d'absorber lors d'une activité physique est intimement liée au fonctionnement du cœur, des vaisseaux sanguins et des muscles. « Nous savons que les patients ayant une faible consommation d'oxygène courent un risque accru de décès prématuré et de maladie cardiovasculaire. Notre étude montre qu'une moins bonne condition physique est un facteur de risque indépendant de coronaropathie, même chez les femmes et les hommes en bonne santé et relativement en forme ».

 

Même une petite augmentation de la forme physique peut améliorer considérablement la santé cardiaque : ainsi, pour chaque augmentation de 3,5 points de condition physique, le risque de crise cardiaque ou d'angine de poitrine diminue de 15%. Bref, quelques mois d'exercices réguliers qui vont aller jusqu’à l’essoufflement peuvent constituer une stratégie efficace pour réduire le risque de maladie cardiovasculaire. Mais le mieux, c’est de poursuivre régulièrement l’entrainement, concluent les chercheurs :

 

« Il n'y a apparemment aucune limite supérieure pour l'entraînement en ce qui concerne les effets bénéfiques pour le cœur ».

Autres actualités sur le même thème