Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

SEL : Sa restriction contre l’hypertension ?

Actualité publiée il y a 1 année 2 mois 3 semaines
Journal of Internal Medicine
La restriction des apports en sel (sodium) permet-elle de réduire réellement l’hypertension artérielle (HTA) et quels "types" d'hypertension ? (Visuel Adobe Stock 85874898)

De nombreuses équipes de recherche ont tenté de répondre à la question, mais avec des résultats mitigés : la restriction des apports en sel (sodium) permet-elle de réduire réellement l’hypertension artérielle (HTA) et quels "types" d'hypertension ? Ces conclusions de l’essai clinique Salt CONNtrol, mené à de l'Université Ludwig Maximilian (Munich), publiées dans le Journal of Internal Medicine confirment plusieurs avantages pour la santé d'une restriction modérée en sel chez les patients sous traitement médical standard, et atteints d’une condition spécifique, l'hyperaldostéronisme primaire.

 

L'hypertension artérielle (HTA) touche plus d'un adulte sur 4 dans les pays riches et augmente le risque de plusieurs maladies dont la crise cardiaque et l’accident vasculaire cérébral. Parmi les facteurs reconnus d’HTA, il y a l'âge, le poids mais aussi l’excès de sel. De récentes études ont montré que les vitamines et minéraux des fruits et des légumes pourraient améliorer la santé du cœur et des vaisseaux. On pourrait donc faire l’hypothèse que ces aliments puissent contribuer à compenser les effets du sel sur la pression artérielle. Cependant, quel que soit le régime alimentaire, les études s’accordent sur le fait qu’une consommation de sel, au-dessus d’un apport moyen quotidien de 6 g est liée à une augmentation de la pression artérielle dose-dépendante.

Excès d'aldostérone et apport alimentaire élevé en sel ?

Ici, les chercheurs s’intéressent à l’hyperaldostéronisme primaire, une condition dans laquelle les glandes surrénales fabriquent trop d'hormone aldostérone et qui est cause fréquente d'hypertension secondaire. La combinaison d'un excès d'aldostérone et d'un apport alimentaire élevé en sel induit en effet un risque plus élevé de maladie cardiovasculaire que chez les patients souffrant d'hypertension d'autres causes. S’il existe un traitement de l'hyperaldostéronisme primaire (antagonistes des minéralocorticoïdes), ces médicaments ne normalisent pas complètement le risque cardiovasculaire élevé des patients.

  • Étant donné que l'aldostérone élevée et l'apport alimentaire élevé en sel ont des effets néfastes sur la santé des patients, les chercheurs se sont demandé si la restriction en sel pouvait être bénéfique pour ces patients.

 

L’essai non randomisé à un seul bras Salt CONNtrol mené auprès de 41 patients confirme que :

 

  • une restriction modérée en sel permet de réduire la tension artérielle et les symptômes dépressifs sans effets indésirables détectables, chez ce groupe de patients ;
  • l’adhésion à une restriction alimentaire modérée en sel est réalisable, lorsqu'elle est associée à une application dédiée pour smartphone qui permet de maintenir une motivation continue ;
  • l’effet antihypertenseur de cette restriction apparaît particulièrement élevé chez les patients atteints d'hyperaldostéronisme primaire.

 

L’auteur correspondant, le Dr Christian Adolf, de l'Université Ludwig Maximilian précise que ces résultats vont contribuer à améliorer les soins non seulement pour les patients atteints d'hyperaldostéronisme primaire mais confirment également l’intérêt d’une telle restriction pour les sous-groupes de patients souffrant d'hypertension essentielle.

Plus sur le Blog Nutrition

Autres actualités sur le même thème