Vous recherchez une actualité
Actualités

CRISE CARDIAQUE : Un spray d’exosomes pour réparer le myocarde

Actualité publiée il y a 2 mois 4 jours 23 heures
ACS Nano
Il reste encore des progrès à accomplir dans la récupération des effets à long terme des tissus endommagés par un infarctus du myocarde. Ainsi,  le taux de mortalité à 5 ans reste élevé (Fotolia 155589986)

La crise cardiaque, ou infarctus du myocarde, est l'une des principales causes de décès dans le monde. Bien que les techniques chirurgicales, les diagnostics et les derniers traitements aient considérablement progressé, permettant une grande amélioration du taux de survie, il reste encore des progrès à accomplir dans la récupération des effets à long terme des tissus endommagés. Ainsi, le taux de mortalité à 5 ans reste élevé. Ces chercheurs du Medical Center of Soochow University (Chine), présentent aujourd’hui, dans la revue ACS Nano, un spray d'exosomes peu invasif qui contribue à réparer le cœur après un infarctus du myocarde.

 

La preuve de concept est ici apportée chez l’animal. Les scientifiques ont exploré une nouvelle forme de thérapie par cellules souches comme moyen de régénérer les tissus après une crise cardiaque. Alors que la greffe de cellules souches directement dans le cœur peut être dangereuse en raison de leur risque de développement incontrôlé, ce qui peut entraîner une tumeur ou encore de réaction de rejet immunitaire, les chercheurs ont testé une nouvelle voie : celle de l’injection d’exosomes ou petites vésicules contenant des protéines, des lipides et des acides nucléiques sécrétés par les cellules souches. Cependant, ces exosomes se décomposent souvent avant de pouvoir avoir des effets thérapeutiques.

 

D'autres équipes ont développé des patchs cardiaques ou des échafaudages qui aident les exosomes implantées à perdurer mais ces dispositifs doivent généralement être placés sur le cœur lors d'une chirurgie à thorax ouvert.

 

L’équipe du Dr Yafeng Zhou, de la Soochow University, recherchait une solution d'exosomes qui pourrait être pulvérisée sur le cœur via une petite incision, donc peu invasive, et permettant d’éviter ainsi une intervention chirurgicale majeure.

Un spray d’exosomes minimalement invasif

Les chercheurs ont mélangé des exosomes de cellules souches mésenchymateuses avec du fibrinogène, une protéine impliquée dans la coagulation du sang, ajouté cette solution à une minuscule seringue à double canon qui contenait une solution séparée d'une autre protéine de coagulation appelée thrombine. La pulvérisation de cette préparation par seringue sur le cœur d’une souris, à travers une petite incision thoracique, montre que les 2 solutions se mélangent et forment un gel d’exosomes stable qui adhère au cœur. Un mini-endoscope, inséré à travers une seconde petite incision, permet de guider l'aiguille de pulvérisation.

 

La preuve in vivo : chez des souris modèles de crise cardiaque, le spray d'exosomes duré plus longtemps, guéri les lésions cardiaques et augmente l'expression de protéines bénéfiques. Ces améliorations sont plus marquées qu’en cas d’injection directe d’exosomes dans le cœur. Testé également chez le porc, le spray induit une réaction immunitaire et un stress chirurgical moins sévères que la chirurgie.

 

Le spray d’exosomes apparaît donc comme prometteur pour la réparation cardiaque. Il devra encore faire l'objet d'esssais cliniques (chez l'Homme).

Autres actualités sur le même thème