Vous recherchez une actualité
Actualités

POLLUTION de l’air : Elle déclenche la maladie cardiovasculaire

Actualité publiée il y a 5 mois 2 semaines 4 jours
European Heart Journal
Parmi les maladies chroniques bien associées à la pollution de l’air, la maladie cardiovasculaire, dont le risque s’accroît déjà avec l’exposition prénatale (Visuel Adobe stock 207108411)

Parmi les maladies chroniques bien associées à la pollution de l’air, la maladie cardiovasculaire, dont le risque s’accroît déjà avec une exposition prénatale... Il existe de nombreuses études épidémiologiques, d’association ou observationnelles ainsi que de multiples études chez l’animal, cependant on ignore encore largement quels sont les processus sous-jacents pouvant expliquer l’association. Cette équipe du Massachusetts General Hospital (MGH) apporte, dans l’European Heart Journal, quelques éléments de réponse.

 

Les cardiologues d’Harvard et de Boston nous expliquent que la pollution atmosphérique par les particules fines stimule la production de cellules inflammatoires dans la moelle osseuse, entraînant une inflammation des artères, ce qui favorise le développement de la maladie cardiovasculaire.

Identification du processus reliant la pollution aux événements cardiovasculaires

Cette étude rétrospective a suivi durant plus de 4 ans 503 patients sans maladie cardiovasculaire ni cancer qui avaient subi des tests d'imagerie MGH pour différentes raisons médicales. Les scientifiques ont estimé les niveaux annuels moyens de particules fines auxquels étaient exposés ces participants, à l'aide des données des moniteurs de la qualité de l'air de l'Agence américaine de protection de l'environnement.

  • Durant le suivi, 40 personnes ont subi des événements cardiovasculaires majeurs, dont des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ;
  • le risque le plus élevé est observé chez les participants présentant des niveaux plus élevés de particules fines autour de leur domicile ;
  • cette augmentation du risque associée aux niveaux de particules fines reste significative même après prise en compte des facteurs de confusion possibles (autres facteurs de risque cardiovasculaire notamment mais aussi facteurs socio-économiques) ;
  • les tests d'imagerie montrent également, chez ces participants plus exposés, une activité médullaire plus élevée, ce qui suggère une production accrue de cellules inflammatoires (un processus appelé leucopoïèse) et une inflammation artérielle élevée ;
  • des analyses complémentaires révèlent que la leucopoïèse en réponse à une exposition à la pollution de l'air est un déclencheur d’inflammation artérielle.

 

Cette voie reliant la pollution de l'air aux événements cardiovasculaires par l’activité plus élevée de la moelle osseuse et l'inflammation artérielle, représente 29% de la relation entre pollution et troubles cardiovasculaires, précisent les chercheurs,

ce qui suggère de nouvelles cibles thérapeutiques au-delà de l'atténuation de la pollution pour réduire l'impact cardiovasculaire de la pollution.

Autres actualités sur le même thème