Vous recherchez une actualité
Actualités

POLLUTION : Comment la qualité de l’air fait le risque cardiovasculaire

Actualité publiée il y a 2 années 3 mois 1 semaine
European Heart Journal
En Europe, la pollution est responsable de plus de 4 millions de décès chaque année

En Europe, la pollution est responsable de plus de 4 millions de décès chaque année et près de 60% des décès sont dus à des maladies cardiovasculaires. Cette équipe internationale d'experts de Mayence, de Londres et de Cleveland décrypte les mécanismes par lesquels la pollution atmosphérique et les particules fines entraînent des dommages vasculaires. Une nouvelle étude de sensibilisation, présentée dans l’European Heart Journal, qui appelle à nouveau les politiques à prendre des mesures pour réduire les émissions liées à la circulation, l'industrie et à l'agriculture.

 

Ce groupe de scientifiques réuni autour du Pr Thomas Münzel, directeur du service de cardiologie à l'université Johannes Gutenberg de Mayence a examiné les mécanismes responsables des lésions vasculaires liées à la pollution atmosphérique, en se concentrant sur les effets des particules, de l’ozone, du dioxyde d’azote, du monoxyde de carbone et du dioxyde de soufre, des composés qui endommagent particulièrement le système cardiovasculaire et les vaisseaux.

 

Un grand facteur de risque cardiaque, les particules fines : les particules jouent un rôle clé dans la dégradation vasculaire de la pollution atmosphérique, confirme la nouvelle étude : « nous sommes particulièrement préoccupés par ces poussières ultrafines. Ces particules ont la taille d’un virus. Lorsque ces particules sont inhalées, elles pénètrent immédiatement dans la circulation sanguine par les poumons, sont absorbées par les vaisseaux et provoquent une inflammation locale. Or l’athérosclérose est le grand responsable de maladies cardiovasculaires telles que l'infarctus du myocarde, l'infarctus aigu du myocarde, l'insuffisance cardiaque et les arythmies cardiaques. Le dioxyde d'azote (NO2), exerce également un effet négatif puissant sur la fonction vasculaire », commente le Pr Münzel.

 

Des recherches se poursuivent, en collaboration avec l'Institut Max Planck pour mieux identifier les causes et les substances de la pollution responsables de troubles cardiovasculaires.

Autres actualités sur le même thème