Actualités

CRISE des OPIOÏDES : Une hausse de 50% des hospitalisations

Actualité publiée il y a 7 mois 5 jours 38 min
Journal of the Royal Society of Medicine
Une nouvelle preuve que la crise des opioïdes, commencée plutôt en Amérique du Nord gagne aujourd’hui une grande partie des régions du monde (Visuel Adobe Stock 224905686).

Cette large analyse, longitudinale, des données de 10 années de patients hospitalisés en Angleterre indique, sans erreur possible, une augmentation de près de 50% des admissions à l'hôpital liées aux opioïdes. Preuve que la crise des opioïdes, commencée plutôt en Amérique du Nord gagne aujourd’hui une grande partie des régions du monde. Ces nouvelles données, publiées dans le Journal of the Royal Society of Medicine, ajoutent à l’urgence de nouvelles politiques de santé pouvant mettre fin à l'épidémie d'opioïdes et prévenir de futures épidémies de dépendance aux médicaments.

 

Cette publication suit la récente et grande étude publiée dans le Lancet sur cette crise sans précédent de dépendance aux médicaments opioïdes, mais aussi aux substances illicites telles que l’héroïne ou le fentanyl. L’estimation de plus de 1,2 million de décès supplémentaires par surdose d'opioïdes d'ici 2029 est ainsi avancée pour l’Amérique du Nord. Mais les experts ont averti, l'épidémie devrait s'étendre à l'échelle mondiale.

La crise des opioîdes gagne le continent européen

Cette analyse des données de patients hospitalisés en Angleterre sur 10 ans, menée par des chercheurs de la London School of Economics and Political Science (LSE) et de l'Université de Barcelone, révèle que :

 

  • le nombre de patients hospitalisés pour overdoses d’opioïdes est ainsi passé de 10.805 admissions en 2008 à 16.091 admissions en 2018 ;
  • cela représente, pour l’Angleterre, des dépenses de santé associées de plus de 160 millions d’euros ;
  • cette hausse des admissions associées à la dépendance aux opioïdes est de 21% supérieure au taux correspondant pour tous les autres motifs d’admissions en urgence en Angleterre ;
  • et de 40% supérieure aux admissions liées à l'alcool ou à d'autres drogues illicites.
  • les hospitalisations « pour opioïdes » augmentent le plus chez les personnes de plus de 55 ans (160%), vivant dans les régions les plus riches d'Angleterre (93,8%) et souffrant de 4 comorbidités (627,6%) ou plus ;
  • les décès causés par une surdose chez les consommateurs d'opioïdes âgés de 15 à 64 ans ont augmenté de plus de 20 % entre 2011 et 2016, mais l'incidence s'est depuis stabilisée à environ 2.000 décès par an ; ce qui peut s’expliquer par un accès élargi à la naloxone.

 

Opioïdes, mauvaise santé et pauvreté : Encore une fois, cette surutilisation en hausse des opioïdes illustre la prévalence du mal-être, des comorbidités chroniques et d’une vulnérabilité socio-économique croissante dans la société. L’auteur principal, le Dr Rocco Friebel, professeur politique de santé à la LSE commente : « les augmentations marquées des hospitalisations entre 2010 et 2013 dues à des intoxications aux opioïdes pourraient résulter des réductions de l'aide sociale, l’augmentation des niveaux de chômage, de la pauvreté et du nombre de sans-abris ».

 

Les prescripteurs sont également mis à l’index : les prescriptions d'opioïdes ont explosé en Angleterre. Même si les tendances générales en matière de prescription se sont stabilisées au cours des 5 dernières années, ce n’est pas le cas des médicaments opiacés dont la délivrance ne cesse d’augmenter.

 

Les experts appellent non seulement à de nouvelles recommandations sur une prescription plus limitée des opioïdes mais également à une approche plus systématique pour cibler les personnes à risque de dépendance.

Autres actualités sur le même thème