Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

CUP MENSTRUELLE : Plus bénéfique pour la santé vaginale ?

Actualité publiée il y a 10 mois 3 semaines 6 jours
PLoS Medicine
C’est l’une des rares études à avoir regardé les effets de l’utilisation de la « cup » ou coupe menstruelle sur l’équilibre du microbiome vaginal, la prévention des IST et plus largement la santé vaginale (Visuel Adobe Stock 486284271)

C’est l’une des rares études à avoir regardé les effets de l’utilisation de la « cup » ou coupe menstruelle sur l’équilibre du microbiome vaginal, la prévention des IST et plus largement la santé vaginale. Et cette équipe de l’Université de l'Illinois à Chicago (UIC) publie des conclusions très positives dans la revue PLoS Medicine : les participantes adolescentes qui ont utilisé des coupes menstruelles se sont avérées moins susceptibles de contracter certains types d'infections vaginales et ont pu maintenir un microbiome vaginal en bonne santé.

 

La cup menstruelle, une alternative économique, durable mais aussi confortable aux protections hygiéniques gagne de plus en plus d’adeptes en particulier auprès des jeunes femmes ayant des budgets plus limités pour leurs produits d’hygiène féminine. La coupe menstruelle permet à ces jeunes femmes d’avoir accès à un type de protection pour pouvoir poursuivre « normalement » leurs activités et préserver durant leurs règles, leur qualité de vie.

Les coupes menstruelles pourraient changer la donne

L’étude est menée au Kenya auprès de 436 participantes adolescentes, dont la moitié ont reçu des coupes menstruelles. L'étude est née d'une discussion entre experts, lors d'une conférence au Kenya en 2016 et notamment avec l’un des auteurs d’un des premiers essais randomisés visant portant sur l’efficacité des coupes menstruelles. Ce premier essai avait d’ailleurs abouti à une contribution positive des coupes menstruelles à la prévention des infections. Dans la nouvelle étude, les participantes ont été testées tous les 6 mois pour la vaginose bactérienne, un type courant d'infection, et à 12 mois et 30 mois pour les infections sexuellement transmissibles (IST). Les chercheurs ont également analysé le microbiome vaginal des participantes pour déterminer la prévalence relative des bactéries bénéfiques et nocives. L’analyse révèle que :

 

  • ces utilisatrices sont moins susceptibles de contracter certains types d'infections vaginales ;
  • leur microbiome vaginal est plus sain ;
  • précisément, à la fin du suivi de 30 mois, les jeunes femmes du groupe d’intervention étaient 26 % moins susceptibles de développer une vaginose bactérienne et 37 % plus susceptibles d'avoir un microbiome vaginal équilibré vs témoins ;
  • si l’utilisation de coupes menstruelles ne semble pas réduire le risque d'infections sexuellement transmissibles, après prise en compte des facteurs de confusion possibles, dont l'âge, les rapports sexuels, une diminution des IST est observé chez les utilisatrices de coupe menstruelle.

 

« Notre étude suggère que les cups menstruelles pourraient changer la donne en contribuant à la bonne santé de ces jeunes femmes », conclut l’auteur principal, Supriya Mehta, professeur d'épidémiologie et de biostatistique à l'École de santé publique de l'UIC.

 

Pourquoi ces bénéfices ? « Il y a plusieurs raisons à ces avantages des coupes menstruelles par rapport autres produits d’hygiène féminine », expliquent les auteurs : la cup, en forme de cloche et fabriquée à partir de silicone de qualité médicale, est insérée dans le vagin, où elle recueille le sang. Les tampons, en revanche, ne retirent pas le sang de la voûte vaginale, et ce milieu riche en fer peut être accueillant pour les bactéries responsables de la vaginose bactérienne. Les coupes sont également meilleures que les tampons pour maintenir un environnement acide, ce qui est un facteur de réduction des infections. Quant aux serviettes hygiéniques ou aux protections réutilisables portées trop longtemps ou mal nettoyées, elles peuvent finir par transférer des bactéries dans le vagin.

 

Les coupes menstruelles relèvent tous ces défis, et même plus car elles constituent une option probablement plus accessible aux femmes plus démunies.

Plus sur le Blog Gynéco

Autres actualités sur le même thème