Actualités

DÉGLUTITION : Le gel qui fait passer la pilule

Actualité publiée il y a 3 mois 2 semaines 2 jours
Science Advances
De nouveaux gels "qui font descendre le médicament" ? (Visuel Adobe Stock 425991137)

De nouveaux gels "qui font descendre le médicament" ? C’est le développement présenté par cette équipe du Massachusetts Institute of Technologie (MIT) : plonger les médicaments dans un gel à base d'huile pourrait soulager les enfants et les adultes qui ont du mal à avaler ou qui souffrent de troubles de la déglutition. Alors que près de 40% des personnes âgées de 60 ans et plus vivent avec un trouble de la déglutition ou une sècheresse buccale (xérostomie), que ces troubles peuvent également être des effets indésirables de certains médicaments, ce développement, documenté dans Science Advances, pourrait devenir un must pour l’observance des traitements, chez de nombreux patients âgés.  

 

Pour la plupart des enfants et pour ces adultes plus âgés, avaler des pilules ou des comprimés peut être difficile. Pour faciliter l'administration de ces médicaments, ainsi que l’observance des traitements, chez tous les patients qui ont ces difficultés à avaler des comprimés, les bioingénieurs du MIT et du Brigham and Women's Hospital ont développé ce gel adapté à différents types de médicaments.

Sous forme de boisson ou de yaourt !

Parce qu'ils voulaient que leur formulation fonctionne avec des médicaments qui ne peuvent pas être dissous dans l'eau, les chercheurs se sont concentrés sur les gels à base d'huile. Ces gels, également appelés oléogels, sont couramment utilisés dans l'industrie alimentaire pour modifier la texture des aliments gras, ainsi que pour élever le point de fusion du chocolat et de la crème glacée. Ainsi, fabriqués à partir d'huiles végétales telles que l'huile de sésame, ces gels peuvent être préparés sous différentes formes et textures, d'une boisson épaissie à une substance ressemblant à du yaourt. Les gels sont stables sans avoir besoin d’être conservés au froid, ce qui peut élargir leur disponibilité dans les pays en développement. Ils sont destinés aux jeunes enfants, comme aux personnes âgées ou aux patients ayant subi un accident vasculaire cérébral.

 

« L’approche par oléogel permet de délivrer des médicaments très hydrophobes qui ne peuvent pas être délivrés par des systèmes à base d'eau. Cela nous a également permis de créer ces formulations sous une très large gamme de textures ».

 

La preuve de concept in vivo : l’équipe montre l’efficacité des gels lors de l’administration de plusieurs types de médicaments (le praziquantel, utilisé pour traiter les infections parasitaires, la luméfantrine, utilisée pour traiter le paludisme et l'azithromycine, utilisée pour traiter les infections bactériennes), pour le traitement des maladies infectieuses, chez des modèles animaux. Pour chacun de ces médicaments, les chercheurs confirment la capacité des oléogels de délivrer des doses égales ou supérieures aux quantités contenues dans les comprimés. Les chercheurs ont également montré qu'un médicament soluble dans l'eau, un antibiotique appelé chlorhydrate de moxifloxacine, pouvait être délivré avec succès par oléogel.

 

Un essai clinique devrait commencer d'ici quelques mois.

 

Compte tenu de la simplicité du système et de son faible coût, ce développement qui répond à un besoin considérable, pourrait avoir un impact majeur sur le suivi des traitements, conclut l’auteur principal, Giovanni Traverso, professeur de génie mécanique au MIT et gastroentérologue au Brigham and Women's Hospital.

Autres actualités sur le même thème