Actualités

DÉMENCE : Une simple ostéodensitométrie pour prédire le risque

Actualité publiée il y a 1 mois 1 semaine 6 jours
The Lancet Regional Health
Un diagnostic classique de l’ostéoporose ou ostéodensitométrie peut également révéler une accumulation de plaque calcifiée dans l'aorte abdominale, un signe de risque accru de démence plus tard dans la vie (Visuel Adobe Stock 55296321)

Cette équipe de l’Université Edith Cowan (Perth, Australie) nous explique qu'un diagnostic classique de l’ostéoporose ou ostéodensitométrie peut également révéler une accumulation de plaque calcifiée dans l'aorte abdominale, un signe de risque accru de démence plus tard dans la vie. Ces conclusions, présentées dans le Lancet Regional Health permettent d’ajouter un test tout simple, à l’arsenal des outils diagnostiques de la démence.

 

La démence se développe lorsque les cellules cérébrales sont endommagées par plusieurs conditions, dont certaines provoquent un rétrécissement des vaisseaux sanguins vers le cerveau. De nombreuses études ont d’ailleurs documenté le lien entre la santé vasculaire, précisément cérébrovasculaire et la démence en fin de vie. Cette étude soutient ce lien en documentant, par les facteurs prédictifs de démence, la calcification des plaques qui s'accumulent dans l'aorte abdominale.

La calcification de l'aorte abdominale, prédictive de démence, plus tard dans la vie

La calcification de l'aorte abdominale peut être très utile pour prédire le risque de maladies cardiovasculaires telles que les crises cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux. Mais cette étude révèle qu'il s’agit également d'un marqueur fiable de la démence de fin de vie.

 

L’étude : c’est l’analyse des données de calcification de l'aorte abdominale chez 968 femmes de la fin des années 1990, puis leur suivi sur plus de 15 ans qui révèle que :

 

  • 1 femme âgée sur 2 présente des niveaux moyens à élevés calcification ;
  • ces participantes présentent un risque multiplié par 2 d’être hospitalisées ou de décéder d'une démence tardive, indépendamment de leurs autres facteurs cardiovasculaires ou génétiques.

 

Un nouveau marqueur prédictif : ainsi, la calcification de l'aorte abdominale pourrait permettre d’identifier le risque de démence de manière plus précoce, d’autant que cet examen courant est pratiqué régulièrement, chez les femmes, après la ménopause. De plus, l’un des auteurs principaux, le Dr Joshua Lewis, ajoute qu'une analyse supplémentaire capturant des images latérales de la colonne vertébrale peut être effectuée si nécessaire pour compléter les tests de densité osseuse standards : « il est très rapide et facile de capturer ces scans qui sont peu invasifs et peu coûteux ».

« Ce qui est bon pour votre cœur est bon pour votre cerveau »,

rappellent ici les auteurs, qui incitent les personnes présentant une calcification de l'aorte abdominale à modifier les facteurs de risque tels que l'alimentation et l'activité physique afin de prévenir ce risque de la démence.

Autres actualités sur le même thème