Actualités

DÉPRESSION : 2 doses d'hallucinogène psilocybine suffisent à la soulager

Actualité publiée il y a 4 mois 3 semaines 6 jours
Journal of Psychopharmacology
On ne compte plus les études qui documentent l’efficacité à la fois rapide et durable de la psilocybine dans le traitement de la dépression majeure (Visuel Adobe Stock 360119355)

On ne compte plus les études qui documentent l’efficacité à la fois rapide et durable de la psilocybine dans le traitement de la dépression majeure. Cette nouvelle étude menée par une équipe de pharmacologues de l’Université Johns Hopkins nous apprend que l'hallucinogène fait effet pendant un an, au moins et chez la grande majorité des patients. Des données présentées dans le Journal of Psychopharmacology, toujours bienvenues en regard du délai ou de l’absence de réponse d’un grand nombre de patients aux antidépresseurs standards, et de leurs fréquents effets secondaires.  

 

Au cours des 20 dernières années, la recherche s’est beaucoup intéressée aux psychédéliques classiques, une classe pharmacologique de composés qui comprend la psilocybine, l’ingrédient présent dans les « champignons magiques ». Selon le National Institute on Drug Abuse (NIDA/NIH), la psilocybine peut produire des changements de perception, altérant la conscience d'une personne de son environnement, de ses pensées et de ses sentiments. Le traitement à la psilocybine a déjà souvent été documenté comme prometteur dans le traitement de toute une gamme de troubles de santé mentale et d’addictions.

 

De précédentes études menées par la même équipe avaient déjà montré qu'un traitement à la psilocybine soulageait les symptômes du trouble dépressif majeur chez les adultes jusqu'à 1 mois. Cette étude de suivi rapporte que ces effets antidépresseurs de la psilocybine, administrée en combinaison avec une psychothérapie de soutien, peuvent durer au moins un an pour un grand nombre de patients.

 

« Ces résultats ajoutent à la preuve que, dans des conditions soigneusement contrôlées, l’approche thérapeutique est prometteuse et peut conduire à une réduction significative et durable des symptômes de dépression », ajoute l’auteur principal, le Dr Natalie Gukasyan, professeur de psychiatrie et de sciences comportementales à la Johns Hopkins University. « Ces résultats observés dans un cadre de recherche, impliquent néanmoins beaucoup de préparation et de soutien structuré de la part de cliniciens et de thérapeutes formés ».

 

En d’autres termes,

la thérapie par psilocybine ne doit pas être improvisée par la personne elle-même.

L’étude est menée auprès de 27 participants, dont 19 femmes et âgés en moyenne de 40 ans, ayant des antécédents de dépression à long terme, dont la plupart souffraient de symptômes dépressifs depuis environ 2 ans avant l’inclusion. La plupart (98%) des participants avaient déjà été traités avec des antidépresseurs standards et 58 % ont déclaré utiliser des antidépresseurs. Les participants ont été répartis en 2 groupes, un groupe recevant l’intervention immédiatement, l’autre groupe à l’issue d’une période d'attente de 8 semaines. Au moment du traitement, tous les participants ont bénéficié de 6 à 8 heures de réunions préparatoires avec 2 experts du traitement. Après la préparation, les participants ont reçu 2 doses de psilocybine, administrées à environ 2 semaines d'intervalle. Les participants sont revenus pour un suivi 1 jour puis 1 semaine après chaque session, puis à 1, 3, 6 et 12 mois après la deuxième session ; 24 participants ont terminé les 2 séances de psilocybine et toutes les visites d'évaluation de suivi. L’étude montre que :

 

  • le traitement à la psilocybine produit, dans les 2 groupes, de fortes réductions des symptômes de dépression ;
  • cet effet est durable : la dépression reste ainsi moins sévère, ou soulagée 1, 3, 6 et 12 mois après le traitement ;
  • chez la plupart des participants, les scores du traitement global sont passés de 22,8 (score élevé l'échelle d'évaluation de la dépression GRID-Hamilton : 24 ou plus indique une dépression sévère) avant le traitement à 8,7 à 1 semaine, 8,9 à 4 semaines, 9,3 à 3 mois, 7 à 6 mois et 7,7 à 12 mois après le traitement ;
  • les taux de réponse au traitement et de rémission des symptômes tout au long de la période de suivi, sont restés stables, avec 75 % de taux de réponse et 58 % de taux rémission à 12 mois.

 

La psilocybine produit non seulement des effets significatifs et immédiats, mais elle agit sur une longue durée, ce qui suggère son grand intérêt dans le traitement de la dépression. Par rapport aux antidépresseurs standard, qui doivent être pris pendant de longues périodes, la psilocybine a le potentiel de soulager à la fois rapidement et durablement les symptômes de la dépression avec 1 ou 2 prises seulement. Les chercheurs vont maintenant évaluer son efficacité au-delà de 12 mois.

Autres actualités sur le même thème