Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉPRESSION : Se refaire une santé pour se refaire un mental

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 2 jours
BMC Medicine
Il reste donc à réinventer des moyens de pratiquer l'activité physique pour garder la forme mais aussi prévenir une explosion des troubles de santé mentale (Visuel Adobe Stock 342713683).

Une mauvaise forme physique est liée à un risque plus élevé de dépression et d'anxiété, souligne à nouveau cette étude de l’University College London (UCL), qui rejoint de précédentes études : quelques semaines d'exercice intensif et régulier apportent des améliorations substantielles à la forme aérobie et musculaire mais font aussi une grande différence dans le risque de maladie mentale. C’est à lire dans la revue BMC.

 

En résumé, les personnes ayant une mauvaise forme aérobie et musculaire sont près de 2 fois plus susceptibles de souffrir de dépression. Cette mauvaise forme physique prédit également un risque accru de 60% de troubles anxieux à 7 ans.

Surmonter les obstacles du confinement

L’auteur principal, Aaron Kandola, psychiatre à l'UCL) apporte ici non seulement à la preuve de la relation étroite entre santé physique et santé mentale mais souligne que la pratique ou la reprise de l’exercice est très rapidement bénéfique à la santé mentale : son analyse est menée sur les données de 152.978 participants, âgés de 40 à 69 ans, à l'étude britannique Biobank.

La capacité aérobie à l’inclusion a été évaluée en utilisant un vélo stationnaire avec une résistance croissante, la force musculaire mesurée par test de préhension. Les participants ont également renseigné par questionnaire leurs niveaux de symptômes de dépression et d'anxiété.

Au bout de 7 ans, les participants ont été évalués pour les symptômes de dépression et d'anxiété. L’analyse constate que :

  • la forme aérobie et musculaire au début de l'étude est associée à une meilleure santé mentale 7 années plus tard ;
  • les participants ayant la plus faible aptitude aérobie et musculaire combinée ont un risque presque multiplié par 2 de dépression, augmenté de 60% de troubles anxieux et de 81% d’autres troubles de santé mentale courants, vs les participants présentant une bonne condition physique.

 

Dans cette période difficile, il convient d’encourager à la pratique d'autres formes d'exercice ce qui pourrait avoir d’énormes avantages pour la santé publique, concluent les chercheurs, qui conseillent une combinaison d'exercices cardio, de musculation et de résistance.

Développer de nouvelles pratiques avec le confinement

 

La baisse de pratique de l’exercice physique et l’augmentation des comportements sédentaires sont des phénomènes préoccupants et plus encore maintenant avec le confinement, la fermeture des salles de sport et la limitation des sorties extérieures. Il reste donc à réinventer des moyens de pratiquer l'activité physique pour garder la forme mais aussi prévenir une explosion des troubles de santé mentale.

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités