Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT : Dès 8 ans, l’enfant joint la voix à l'émotion

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 5 heures
Emotion
Le codage spontané amodal des émotions, c'est-à-dire indépendant du mode de perception, auditif ou visuel intervient à l'âge de 8 ans (Visuel Adobe Stock 166388599).

Cette équipe de l’Université de Genève, confirme, par eye-tracking, une technique qui consiste donc à traquer les mouvements oculaires, que les enfants, dès l’âge de 8 ans, établissent spontanément un lien entre une émotion exprimée par une voix et un visage. Cette recherche, présentée dans la revue Emotion de l’American Psychological association (APA), décrypte le développement d’un système de codage spontané amodal des émotions, c'est-à-dire indépendant du mode de perception, auditif ou visuel.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

L’équipe a analysé cette capacité à percevoir, indifféremment et à établir un lien spontané entre l’émotion d’une voix et son expression sur un visage, chez des enfants de 5, 8, 10 ans et des adultes Les chercheurs concluent que c’est à l’âge de 8 ans que s’est développée cette capacité sociale primordiale dans nos comportements, nos perceptions ou nos choix quotidiens.

Visuel Unige

20 secondes d’écoute d’une voix, 10 secondes face à un visage, à 8 ans l'enfant fait le lien

L’expérience consistait à exposer 80 participants à des voix et des visages exprimant la joie et la colère, pendant des durées respectives de 20 secondes (pour l’écoute) et de 10 secondes (pour la vision). Puis, l’enfant est mis face à deux visages « émotionnels », l'un exprimant la joie et l'autre la colère, l'un avec une expression faciale correspondant à la voix et l'autre avec une expression faciale différente de la voix. En s'appuyant sur la technologie d'eye-tracking, les scientifiques ont évalué les mouvements oculaires des participants. L’analyse montre que :

  • après l’écoute de voix neutres, il n'y a aucune différence de préférence visuelle entre les visages de joie et de colère ;
  • après l’écoute de voix « émotionnelles », de joie ou de colère, les participants regardent plus longtemps le visage qui correspond en termes d’émotion, à la voix ;
  • ce transfert spontané de la voix émotionnelle de joie vers une préférence pour le visage joyeux commence à se produire à partir de 8 ans ;
  • le transfert spontané de la voix émotionnelle de colère vers une préférence pour le visage coléreux, se produit à partir de 10 ans.

 

Cette capacité de codage spontané amodal des émotions est donc plus ou moins tardive selon l’émotion. Au-delà de mieux comprendre le développement de cette capacité cruciale pour le comportement et l’orientation sociale,

cette étude va permettre de mieux comprendre les troubles émotionnels chez des enfants en situation de polyhandicap, ayant des difficultés à comprendre des instructions verbales ou visuelles.

Autres actualités sur le même thème