Actualités

DIABÈTE : Les métabolites des végétaux font de bons antidiabétiques

Actualité publiée il y a 4 mois 4 semaines 22 heures
Diabetologia
Certains métabolites associés à ces aliments démontrent une capacité naturellement antidiabétique (Visuel Adobe Stock 30428438)

C’est une nouvelle étude en faveur d’un régime alimentaire sain à base de plantes pour réduire le risque et la progression du diabète. Publiée dans la revue Diabetologia, l’étude révèle que la consommation d'aliments sains à base de plantes, dont les fruits, les légumes, les noix, les légumineuses et…le café, est associée à un risque plus faible de diabète de type 2 chez des personnes en bonne santé. En cause, certains métabolites associés à ces aliments à la capacité naturellement antidiabétique.

 

Le diabète de type 2 est, avec l’obésité, une préoccupation majeure de santé publique. La prévalence mondiale de la maladie chez les adultes a plus que triplé en moins de 20 ans, passant d'environ 150 millions en 2000 à plus de 450 millions en 2019. Cette prévalence pourrait 700 millions en 2045. Il est donc urgent de trouver des moyens accessibles à tous pour prévenir le développement de la maladie. Parmi ces outils, la nutrition constitue une piste de prévention, à la fois logique et non médicamenteuse.

 

L’équipe de la Harvard T.H. Chan School of Public Health (Boston), dirigée par le Pr Frank Hu et ses collègues du Département de nutrition identifie ici les profils de métabolites liés à différents régimes alimentaires à base de plantes, et regarde précisément lesquels peuvent être associés à cette réduction du diabète de type 2.

La métabolomique pour identifier les métaboliques antidiabétiques

L'épidémie de diabète est principalement causée par une alimentation malsaine, le surpoids ou l'obésité, une prédisposition génétique et d'autres facteurs liés au mode de vie tels que le manque d'exercice. Le régime alimentaire est donc une cible prophylactique prioritaire, d’autant qu’on sait déjà que les régimes à base de plantes, en particulier les régimes sains riches en aliments de haute qualité tels que les grains entiers, les fruits et les légumes sont associés à un risque plus faible de diabète de type 2.

Cependant, il convient d’identifier encore les mécanismes sous-jacents et la métobolomique peut nous y aider.

 

La métabolomique : un métabolite est une substance utilisée ou produite par les processus chimiques de l’organisme vivant et comprend à la fois les composés présents dans différents aliments et toute une variété complexe de molécules créées lorsque ces composés sont décomposés et transformés pour être utilisés par le corps. Ainsi, un régime alimentaire se reflète dans le profil métabolite. Les avancées technologiques récentes dans le domaine du profilage métabolomique à haut débit permettent une recherche nutritionnelle plus avancée grâce à l'identification de tous les différents métabolites présents dans un échantillon biologique.

 

L’analyse d'échantillons de plasma sanguin et de l'apport alimentaire de 10.684 participants issus de 3 cohortes prospectives, âgés en moyenne de 54 ans et à indice de masse corporelle (IMC) élev é (en moyenne de 25,6 kg/m2) permet d’identifier ainsi les aliments et les métabolites efficaces à prévenir le diabète de type 2. Les participants ont été qualifiés, selon leurs données alimentaires, d’un indice global de régime à base de plantes (PDI : overall Plant-based Diet Index), d’un indice de régime sain à base de plantes (hPDI : healthy Plant-based Diet Index) et d’un indice de régime malsain (uPDI : Unhealthy Plant-Based Diet Index). Ces indices de régime étaient basés sur la consommation de 18 groupes d'aliments :

 

  • aliments végétaux sains (grains entiers, fruits, légumes, noix, légumineuses, huiles végétales et thé/café) ; aliments végétaux malsains (céréales raffinées, jus de fruits, pommes de terre, boissons sucrées et sucreries/desserts); aliments d'origine animale (graisses animales, produits laitiers, œufs, poisson/fruits de mer, viande et divers aliments d'origine animale). L'équipe a fait la distinction entre les aliments végétaux sains et malsains en fonction de leur association déjà connue avec le diabète, les maladies cardiovasculaires, certains cancers et d'autres conditions dont l'obésité et l'hypertension artérielle (HTA).

 

Les analyses de ces données ainsi que les indices de régime ont permis à l'équipe de préciser les corrélations entre les métabolites, l'indice de régime et le risque de diabète de type 2.

 

Métabolites, régime alimentaire et risque de diabète : l'étude révèle que, par rapport aux participants non diabétiques,

 

  • les participants diagnostiqués avec le diabète au cours du suivi ont des apports moins élevés d'aliments végétaux sains et des scores plus faibles PDI et uPDI ;
  • les participants diagnostiqués avec le diabète au cours du suivi ont un IMC moyen, une pression artérielle et un taux de cholestérol plus élevés ;
  • ont tendance à utiliser des médicaments contre l'hypertension et le cholestérol, d'avoir des antécédents familiaux de diabète et à être moins actifs physiquement.
  • Les données métabolomiques révèlent que les régimes à base de plantes sont associés à des profils multimétabolites uniques qui diffèrent considérablement entre régime sain (hPDI) et malsain (uPDI) ;
  • les scores de profil métabolites plus élevés hPDI et dans une moindre mesure PDI sont associés à un risque plus faible de diabète de type 2.

 

Mais quels sont les métabolites les plus bénéfiques ? L’analyse révèle que les niveaux de trigonelline, d'hippurate, d'isoleucine, d'un petit ensemble de triacyglycérols (TAG) et de plusieurs autres métabolites intermédiaires expliquent cette association entre les régimes à base de plantes et l’élimination du risque de diabète de type 2 :

 

  • la trigonelline, par exemple, présente en forte concentration dans le café est connue -via des études chez l’animal- pour exercer des effets bénéfiques contre la résistance à l'insuline ;
  • des niveaux plus élevés d'hippurate sont associés à un meilleur contrôle glycémique, à une sécrétion d'insuline améliorée et à un risque plus faible de diabète de type 2.

 

L'équipe suggère donc que ces métabolites soient étudiés plus avant.

 

« Bien qu'il soit difficile de démêler les contributions d’aliments individuels parce qu'ils sont analysés ensemble, les métabolites individuels de la consommation d'aliments végétaux riches en polyphénols comme les fruits, les légumes, le café et les légumineuses sont tous étroitement liés à une alimentation saine à base de plantes et à un risque réduit de diabète ».

 

En résumé, cette large analyse confirme les bénéfices des régimes alimentaires à base de plantes dans la prévention du diabète et suggère d’étudier plus avant certains métabolites qui s’avèrent des cibles naturelles, thérapeutiques et prophylactiques.

Autres actualités sur le même thème