Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE : Un laisser-aller glycémique dramatique chez les jeunes

Actualité publiée il y a 1 mois 3 semaines 1 jour
NEJM
L'étude constate une baisse constante du contrôle de la glycémie sur 15 ans avec pour conséquences des complications artérielles, rénales et ophtalmologiques (Visuel Adobe Stock 222969459)

Ces chercheurs de l'Université du Colorado à Anschutz publient les résultats de la TODAY Study, une étude qui documente précisément les effets du diabète de type 2 sur les jeunes et les jeunes adultes suivis sur une période de 15 ans. Ces nouvelles données, publiées dans le New England Journal of Medicine (NEJM) révèlent une sorte de laisser-aller thérapeutique, une baisse constante du contrôle de la glycémie sur la durée de suivi, avec pour conséquences des complications artérielles, rénales et ophtalmologiques.

 

Cette étude est menée par le Dr Phil Zeitler, clinicien spécialisé depuis plus de 20 ans dans la prise en charge des jeunes diabétiques de type 2, professeur de pédiatrie, d'endocrinologie à la faculté de médecine de l'Université du Colorado et directeur médical du Centre de recherche clinique et translationnelle pédiatrique de l'Hôpital pour enfants du Colorado. L’étude est nommée Today (pour Treatment Options for type 2 Diabetes in Adolescents and Youth) et suit donc les complications à long terme du diabète de type 2 chez les jeunes. La première phase de l'étude s'est déroulée de 2004 à 2011, cette phase 2 de 2011 à 2020, auprès de plus de 550 participants.

Quelles complications du diabète de type 2 chez les jeunes ?

C’est ce que nous apprend cette étude :

 

  • Une baisse progressive et constante du contrôle glycémique sur 15 ans ;
  • une pression artérielle élevée ou une hypertension chez 67% des participants ;
  • une dyslipidémie ou des taux élevés de graisse dans le sang chez près de 52% ;
  • une maladie rénale chez près de 55% ;
  • des symptômes de maladie nerveuse chez 32% ;
  • une maladie des yeux chez 51%.

 

Plusieurs complications simultanément chez de nombreux jeunes patients :

  • certains participants s’avèrent plus à risque de développer plusieurs complications au fil du temps : ainsi, 28 % en développeront 2 ou plus au cours de la période de suivi ;
  • les participants appartenant à des minorités ethniques notamment, à glycémie élevée, à pression artérielle élevée et présentant une dyslipidémie sont plus à risque de développer une ou plusieurs autres complications ;
  • si 80% des participants ont développé des complications, la majorité de ces 80% ont présenté au moins 2 complications ;

 

Le diabète « chez les jeunes » entraîne des conséquences à vie, rappellent les auteurs : « ce sont des années de perte de vie en bonne santé, de qualité de vie, de productivité. Ce diabète à l’âge jeune entraîne ensuite de lourdes conséquences sur les familles mais aussi sur le système de santé avec les coûts de dialyse, de médicaments, et parfois de pontage cardiaque… », écrivent les chercheurs.

 

Des complications plus rapides et plus sévères chez les jeunes : l'apparition du diabète de type 2 chez les jeunes est associée à une accumulation de complications telles que les maladies oculaires, rénales, nerveuses et d'autres comorbidités comme les accidents vasculaires cérébraux, les maladies cardiaques, les amputations et cela se produit chez les jeunes au moins aussi rapidement que chez les adultes plus âgés. Ainsi, des adolescents diagnostiqués avec la maladie peuvent, 10 à 12 ans plus tard donc à l’âge jeune adulte, subir des accidents vasculaires cérébraux, une insuffisance rénale, des crises cardiaques, des amputations des orteils et des pieds…

 

Quel traitement pour contrôler la glycémie chez les jeunes ? Au départ l’étude Today devait examiner les approches thérapeutiques :

 

  1. metformine
  2. metformine plus rosiglitazone
  3. metformine plus intervention sur le mode de vie.

Les chercheurs ont suivi les jeunes participants pour évaluer l’évolution du contrôle glycémique, et ont découvert que le traitement par metformine seule était associé à un contrôle glycémique durable chez seulement la moitié des enfants et des adolescents atteints de diabète de type 2.

  • L'ajout d'un deuxième agent pharmacologique, mais pas d'intervention intensive sur le mode de vie, s’avère en fin de compte supérieur et tout aussi durable que la metformine seule ;

 

l’observance du changement du mode de vie reste plus difficile chez les jeunes, soulignent les auteurs.

Autres actualités sur le même thème