Vous recherchez une actualité
Actualités

DIABÈTE : Un simple test de préhension pour le détecter

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 5 heures
American Journal of Preventive Medicine
L'étude précise les limites (inférieures) de la force de préhension en rapport avec le poids corporel, le sexe et le groupe d'âge de chaque patient qui vont inciter à suspecter un diabète.

Evaluer la force de préhension pour identifier un diabète de type 2 précoce chez des personnes apparemment en bonne santé, c’est un outil de dépistage à la fois simple et précis, que révèle cette étude à paraître dans l'American Journal of Preventive Medicine. Alors que la faiblesse musculaire est un facteur bien connu pour être associé au diabète, jusque-là les seuils de mesure et de dépistage n’avaient jamais été définis.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

L’équipe de l’Oakland University et de l’University of the West of Scotland apporte ainsi aux professionnels de santé primaire, un moyen d'évaluer cela de manière fiable : elle identifie les limites (inférieures) de la force de préhension en rapport avec le poids corporel, le sexe et le groupe d'âge de chaque patient qui vont inciter à suspecter un diabète.

L’évaluation des niveaux de force / faiblesse de la préhension en fonction du poids corporel et de l’âge permet de détecter le diabète, tôt et de manière fiable

Un dynamomètre portable suffit…

Alors que la prévalence du diabète augmente avec la hausse de l’épidémie d’obésité, les personnels de santé primaire ont besoin d’outils de diagnostic simples et précoces. Concernant le diabète, son diagnostic précoce est essentiel, pour prévenir les complications vasculaires (neuropathie, rétinopathie et néphropathie). Cependant, à ses débuts, le diabète de type 2 est asymptomatique. « L’évaluation des niveaux de force / faiblesse de la préhension en fonction du poids corporel et de l’âge permet de détecter le diabète, tôt et de manière fiable, avant le développement de telles complications», explique l’auteur principal, le Dr Elise C. Brown, du Département de Santé publique de l’Oakland University (Rochester).

 

Des seuils à ne pas franchir selon le sexe et l'âge: l'équipe analyse ici les données de l'enquête NHANES (National Health and Nutrition Examination Survey, de 2011-2012 et 2013-2014) pour déterminer la force de préhension « normalisée » par rapport au poids corporel, en lien avec le risque de diabète de type 2. Des dynamomètres portables ont été utilisés pour déterminer la force de la main et de l'avant-bras. Après avoir contrôlé les données sociodémographiques, les facteurs liés au mode de vie et le tour de taille, les chercheurs identifient ces niveaux de force de préhension en deçà desquels des personnes, par ailleurs en bonne santé, présentent un risque de développement de diabète de type 2.

  • Exemple : ainsi, le seuil déterminé pour les femmes âgées de 50 à 80 ans est de 0,49 : cela signifie que si la force de préhension -telle que mesurée par dynamomètre portable- combinée d'une femme de 60 ans des mains gauche et droite est de 43 kg et son poids corporel de 90 kg, sa force de préhension normalisée est de 0,478. Cette valeur étant inférieure à 0,49, cela suggère que la patiente présente un risque accru de diabète et qu'un dépistage supplémentaire est justifié.

 

Un mode diagnostique à faible coût et rapide qui pourrait être utilisé en soins primaires pour identifier les patients à risque et améliorer le diagnostic et les résultats des patients prédiabétiques.

Autres actualités sur le même thème