Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

DIABÈTE : Vers une prédiction plus précoce, plus simple et plus fiable

Actualité publiée il y a 5 mois 5 jours 17 heures
Journal of Diabetes
Le diabète passe souvent inaperçu jusqu'à ce qu'il ait déjà endommagé des organes ou des nerfs (Visuel Adobe Stock 515064482)

Le diabète passe souvent inaperçu jusqu'à ce qu'il ait déjà endommagé des organes ou des nerfs. Cette équipe de biologistes et d’endocrinologues de l’Université de la Ruhr à Bochum révèle aujourd’hui, dans le Journal of Diabetes, comment un modèle mathématique basé sur seulement 2 valeurs extraites d'un échantillon de sang, va permettre un diagnostic plus précoce, plus simple et plus fiable mais aussi moins coûteux du diabète.

 

Le diagnostic précoce du diabète est complexe, long et difficile. Le diabète reste souvent longtemps indétectable et c’est la plupart du temps, au stade du prédiabète que le risque est détecté. « Ainsi,

30 % des personnes ayant déjà développé un diabète ne sont pas diagnostiquées

et ne reçoivent donc aucun traitement », souligne l’auteur principal, le Dr Johannes Dietrich.

Le diabète s'installe progressivement et les options de diagnostic ne sont pas suffisamment sensibles pour sa détection, ne sont pas assez précises et entraînent donc un risque élevé de faux positifs.

2 marqueurs suffisent

L’étude, internationale, teste une nouvelle méthode de détection précoce du diabète, baptisée SPINA Carb et basée sur la modélisation mathématique. Il suffit d’un prélèvement de sang, effectué le matin avant le petit-déjeuner qui va rechercher 2 valeurs mesurées dans l'échantillon : la valeur d'insuline et la valeur de glucose. Ces 2 valeurs sont rentrées dans une équation qui décrit la boucle de contrôle du métabolisme du sucre par l'organisme. Le résultat obtenu est appelé indice de disposition statique (SPINA-DI).

Un indice plus fiable que les autres marqueurs ?

L’étude démontre, à l’aide de simulations informatiques, que le nouveau paramètre confirme la théorie de la compensation dynamique, qui prédit que la résistance à l'insuline chez les personnes atteintes du syndrome métabolique est compensée par l'augmentation de l'activité des cellules bêta pancréatiques.

 

Une recherche supplémentaire confirme cette hypothèse chez 3 cohortes de patients : « dans les trois groupes, nous constatons que l’indice SPINA-DI est tout à fait corrélé aux indicateurs pertinents de la fonction métabolique, tels que la réponse à un test oral d'hyperglycémie provoquée ». En fin de compte, SPINA-DI se confirme plus fiable que d’autres marqueurs calculés du métabolisme du glucose et assure un diagnostic plus précis.

 

« Une nouvelle méthode donc non seulement rentable, mais aussi plus précoce, plus précise et plus fiable qui pourrait compléter et, dans de nombreux cas, même remplacer les protocoles établis plus complexes ", concluent les auteurs.


Plus sur le Blog Diabète
Plus sur le Blog Diagnostic

Autres actualités sur le même thème