Vous recherchez une actualité
Actualités

DIAGNOSTIC : Un test sanguin qui dira tout sur le mode de vie ?

Actualité publiée il y a 1 année 8 mois 3 jours
Scientific Reports
Il serait possible d’identifier certains comportements à partir d’une simple analyse sanguine et de taux significativement plus élevés de certaines protéines.

Ces scientifiques de l'université d'Umeå apportent une preuve de concept de la faisabilité de déterminer le mode de vie d'une personne à partir des taux sanguins de 160 protéines différentes. Leurs travaux, présentés dans les Scientific Reports, montrent qu’il est ainsi possible d’identifier certains comportements à partir d’une simple analyse sanguine et de taux significativement plus élevés de certaines protéines.

 

Il est aujourd’hui possible de mesurer les niveaux de centaines de protéines dans moins d'une goutte de sang. Cependant de précédentes études ont montré que certains facteurs de mode de vie dont le tabagisme, l'activité physique et/ou la consommation d'alcool, affectent la santé, et probablement aussi la composition des protéines dans le sang et donc, le niveau des différents marqueurs retenus pour détecter les maladies. Mais les relations entre les facteurs de mode de vie et ces niveaux de biomarqueurs sont inconnues et ne sont pas prises en compte dans le diagnostic.

 

Evaluer comment les facteurs de mode de vie influent sur les niveaux de marqueurs sanguins : l'étude est basée sur l’analyse d’échantillons de sang et de données sur le mode de vie recueillies lors d'examens de santé pour 138 participants à un programme médical suédois. Chaque participant a subi 2 prélèvements sanguins, à 10 ans d'intervalle. Les chercheurs montrent que plusieurs protéines ou marqueurs dépendent de comportements liés au mode de vie. En particulier, les chercheurs donnent l’exemple de l’utilisation de snus, un tabac à priser qui induit des niveaux significativement plus élevés d’une protéine, la cornuline. C’est l’exemple d’un facteur de mode de vie en particulier qui va influer sur l’analyse et l’interprétation des marqueurs sanguins de maladies. Et cette relation entre les niveaux d’utilisation du snus et la cornuline est indépendante du tabagisme. D’ailleurs, les auteurs montrent que le « même exercice » peut être effectué pour la consommation de bière, de vin, ou pour le tabagisme ou encore l’activité physique (voir visuel ci-dessous).

 

L’idée ici est de parvenir « à cartographier », à l’aide d’une analyse de sang voir visuel ci-dessous), les comportements qui peuvent impacter les niveaux de biomarqueurs de maladies, pour un diagnostic mieux personnalisé en fonction du mode de vie de chaque patient.

Autres actualités sur le même thème