Actualités

DOULEUR CHRONIQUE : Elle peut conduire à la démence

Actualité publiée il y a 1 année 2 mois 3 semaines
Regional Anesthesia and Pain Medicine
La douleur chronique généralisée peut être un facteur de risque de démence, de maladie d'Alzheimer et d’AVC (Adobe Stock 108526155)

Une douleur généralisée et chronique peut « rendre fou » en d’autres termes conduire au développement d'une démence, « s’attaquer » à la cognition et augmenter le risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) et cela, indépendamment de l'âge, du sexe, de l'état de santé général et du mode de vie. Ce sont les conclusions de cette équipe de la Chongqing Medical University, publiées dans la revue Regional Anesthesia & Pain Medicine , qui suggère même qu’une douleur généralisée pourrait faire partie d'une phase prodromique de la démence et de la maladie d'Alzheimer, sous réserve de confirmation par d’autres recherches.

 

La douleur généralisée est un sous-type courant de douleur chronique fréquemment associée aux troubles musculosquelettiques. Quelques études ont déjà suggéré que la douleur généralisée peut prédire de manière fiable le cancer, les maladies artérielles périphériques et les maladies cardiovasculaires, et l’ont également liée à un risque accru de décès. Cette nouvelle analyse suggère que la douleur chronique est aussi un indicateur précoce du déclin cognitif et peut également être liée à un risque accru de démence et d’AVC.

Les chercheurs analysent ici les données de 2.464 participants de l’étude Offsprings-constituant la seconde génération des participants de la cohorte Framingham. Les participants ont subi un bilan de santé complet, dont un examen physique, des tests de laboratoire et des évaluations détaillées de la douleur entre 1990 et 1994. Les participants ont été répartis en 3 groupes ou niveaux de douleur :

 

  1. douleur généralisée, définie selon les critères de l'American College of Rheumatology comme une douleur au-dessus et au-dessous de la taille, des deux côtés du corps, du crâne, de la colonne vertébrale et des côtes : 14 % des participants ;
  2. douleur dans une ou plusieurs articulation(s) seulement ;
  3. aucune douleur dans aucune articulation.

 

Les facteurs de confusion possibles ont été pris en compte (hypertension artérielle, diabète, IMC, certains facteurs de mode de vie (tabagisme, consommation d'alcool, régime alimentaire, niveaux d'activité physique), statut professionnel, dépression, médicaments contre la douleur, niveau de revenus et d’études, statut matrimonial). Les participants ont ensuite été suivis pour la déficience et/ou le déclin cognitif et de démence clinique (moyenne de 10 ans) ou l’incidence de l’AVC (sur une durée moyenne de 15 ans). Au cours du suivi,

 

  • 188 personnes ont reçu un diagnostic de démence, dont 50 (27 %) souffraient de douleur chronique généralisée et 138 (73 %) en étaient exempts ;
  • 139 personnes ont subi un AVC dont 31 (22 %) souffraient de douleur chronique généralisée et 108 (78 %) en étaient exempts ;

après prise en compte des facteurs de confusion possibles, les personnes souffrant de douleur généralisée, vs exemptes de douleur, apparaissent :

 

  • 43 % plus susceptibles de développer tout type de démence,
  •  47 % plus susceptibles d'avoir la maladie d'Alzheimer,
  •  29 % plus susceptibles de subir un AVC.
  • Ces niveaux de risque apparaissent globalement similaires avec une sous-analyse des données de participants âgés de plus de 65 ans.

 

Pris ensemble, ces résultats suggèrent « de manière convaincante » que

la douleur chronique généralisée peut être un facteur de risque de démence, de maladie d'Alzheimer et d’AVC,

indépendant de l'âge, du sexe et de multiples facteurs sociodémographiques et comportementaux.

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités