Vous recherchez une actualité
Actualités

e-CIGARETTE: Tentatives d'arrêt? Elle optimise les chances de succès

Actualité publiée il y a 3 années 1 mois 3 semaines
BMJ

Si cette étude britannique menée sur plus de 170.000 participants ne peut pas isoler précisément l’effet e-cigarettes, elle montre comment son utilisation en combinaison avec d'autres facteurs ou d’autres aides au sevrage tabagique, peut influer sur la réduction des taux de tabagisme au niveau de la population. Si l’analyse des données, publiée dans le Bristish Medical Journal, révèle, sur ces 10 dernières années une baisse du nombre de tentatives, elle démontre aussi une augmentation du taux de succès en cas de tentative d'arrêt, en ligne avec l'utilisation de la e-cigarette.

Les chercheurs de l'University College de Londres (CL) ont mené cette analyse de tendance et à l’échelle de la population à l'aide de données recueillies à partir d'une série d'enquêtes transversales, menées tous les 3 mois sur un échantillon représentatif, de 2006 à 2015. L’objectif était de vérifier si l'utilisation des e-cigarettes est associée à une évolution des tentatives d'abandon, des taux de sevrage et éventuellement des taux d’utilisation d’autres dispositifs d’aide au sevrage tabagique. Il s’agit donc bien d’une étude d’association qui ne démontre pas la relation de cause à effet. Les participants ont renseigné leurs habitudes tabagiques, dont l'utilisation e-cigarette, les tentatives pour arrêter de fumer au cours de l'année précédente et le recours à d’autres aides au sevrage. Les chercheurs ont ensuite évalué la relation entre le nombre de personnes utilisant des e-cigarettes et les taux et tentatives d'abandon. Les principaux résultats sont les suivants :

· Environ 23% des participants étaient des fumeurs actuels (durant l'année écoulée),


· Le taux d'utilisation de la e-cigarette est passé de « 0 » en 2006 à 21,3% des fumeurs en 2015,

· Le taux d'utilisation dans l'objectif d'arrêter de fumer a fortement progressé sur la même période, en particulier à partir de 2012 : 35% des fumeurs qui voulaient s'arrêter au cours du premier trimestre 2015 ont eu recours à la e-cigarette dans cet objectif.

· Le taux de succès des tentatives d'abandon a également augmenté, passant de 10,6% en 2006 à 18,6% en 2015 : en faisant l'hypothèse d'une association e-cigarette et arrêt du tabac, cela signifie, sur la base des données de l'étude que pour chaque augmentation de 1% dans l'utilisation de e-cigarettes pour arrêter de fumer, le taux de succès augmente de 0,098%.

Ø Cependant la proportion de personnes qui ont tentent d'arrêter de fumer s'est « écroulée » sur la période d'étude : 45,4% des fumeurs voulaient arrêter en 2006, seuls 31,2% à la fin de l'étude en 2015. Cependant, en analysant les données au fil de ces 10 années de suivi, les chercheurs n'identifient pas d'association claire entre l'utilisation croissante des e-cigarettes et la diminution du nombre de tentatives d'abandon du tabac. Ce qui suggère que la e-cigarette n'y est pour rien, si moins de fumeurs tentent d'arrêter.

· Enfin, l'analyse révèle une association inverse entre l'utilisation de la e-cigarette et le recours aux autres aides au sevrage.

En fin de compte, même si l'étude ne peut pas prouver l'utilisation des e-cigarettes est la raison directe de l'amélioration du taux de succès des tentatives d'arrêt, les chercheurs suggèrent un lien entre l'augmentation de l'utilisation de la e-cigarette et l'amélioration des taux de succès. Ils vont même plus loin en faisant l'hypothèse que si tous les fumeurs utilisaient la e-cigarette lorsqu'ils souhaitent arrêter de fumer, la e-cigarette permettrait à des dizaines de milliers de fumeurs d'arrêter (avec un taux de rechute néanmoins). Reste à mieux comprendre la baisse des tentatives d'arrêt du tabac sur la même période, sans doute liée, supposent les chercheurs, à une forte baisse des initiatives de communication en santé publique.

Autres actualités sur le même thème