Actualités

e-CIGARETTE : Vapoter vaporise aussi les os

Actualité publiée il y a 1 année 1 mois 4 semaines
American Journal of Medicine Open
Le tabagisme classique est un facteur de risque d'ostéoporose et de fracture ostéoporotique, la e-cigarette pourrait l'être aussi (Visuel Adobe Stock 134311347).

Cette étude à paraître dans le « nouvel » American Journal of Medicine Open, révèle que l’utilisation de cigarettes électroniques est associée à un risque plus élevé de fractures liées à une fragilité osseuse, chez les adultes, des plus jeunes aux plus âgés. En d’autres termes, la e-cigarette, comme la cigarette classique, pourrait être un facteur de risque d'ostéoporose et de fracture ostéoporotique.

 

Depuis leur « mise sur le marché », il y a plus de 10 ans, les cigarettes électroniques ont été présentées comme une alternative plus saine et une possible aide au sevrage tabagique. Cependant, les cigarettes électroniques contiennent une combinaison de propylène glycol, de glycérine végétale et des niveaux variables de nicotine et d'additifs nécessaires à générer leur vapeur aromatisée, mais dont les effets sont loin d’être cernés.

 

On sait par ailleurs que le tabagisme classique est un facteur de risque d'ostéoporose et de fracture ostéoporotique.

 

Mais c’est la première fois qu’une étude se penche sur l’effet de la cigarette électronique (e-cigarette) sur la santé des os et, précisément, sur l'association entre l'utilisation de la cigarette électronique et les fractures de fragilité. Des fractures définies ici par les auteurs comme un ensemble de fractures autodéclarées de la hanche, de la colonne vertébrale ou du poignet résultant d'un traumatisme minime, comme une chute d'une hauteur "de debout" ou même moins.

Les cigarettes électroniques, un facteur de risque de fragilité osseuse et de fractures

L’étude menée auprès de plus de 5.500 utilisateurs de cigarettes électroniques, appartenant à tous les groupes d'âge, révèle en effet que la e-cigarette est associée à une prévalence plus élevée de fractures de fragilité osseuse, quel que soit l’âge. L'auteur principal, le Dr Dayawa D. Agoons, de l’Université Pittsburgh relève : « j’ai reçu en consultation un patient après une intervention chirurgicale pour réparer une fracture du col du fémur. Elle fumait et utilisait des cigarettes électroniques pour arrêter de fumer. J'ai alors réalisé le manque de données dans la littérature sur la relation possible entre les cigarettes électroniques et les fractures de fragilité osseuse ».

 

Il s’agit d’une analyse transversale des données de la National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES 2017-2018) de plus de 5.500 hommes et femmes, dont

  • 4.519 participants, soit 81,2 % n'ayant jamais utilisé de cigarettes électroniques,
  • 1 050 soit 18,8 % ayant déjà utilisé des cigarettes électroniques,
  • 444 soit 8,0 % ayant des antécédents de fractures de fragilité.

L’analyse révèle :

 

  • une prévalence plus élevée de fractures de fragilité chez les utilisateurs de cigarettes électroniques vs non-utilisateurs ;
  • les personnes qui utilisent à la fois des cigarettes conventionnelles et des cigarettes électroniques présentent un risque encore plus élevé de fractures de fragilité vs les fumeurs de cigarettes « classiques » seules ;
  • la prévalence de l'utilisation de la cigarette électronique est confirmée comme plus élevée dans le groupe d'âge des 18-25 ans : ainsi, ces nouvelles données suggèrent que les jeunes adultes, utilisateurs d’e-cigarettes pourraient « mettre à mal » leur santé osseuse pour la vie.

 

Les cigarettes électroniques devraient donc bien être considérées, par les professionnels de santé, comme un facteur de risque de fragilité osseuse et de fractures, soulignent les chercheurs.

 

Même s’il s’agit d’une étude d’association, ces premières données comblent une lacune importante dans les connaissances des effets de la cigarette électronique. Cet effet néfaste sur la santé osseuse vient s’ajouter à d’autres risques de l’e-cigarette déjà documentés, comme la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), les maladies coronariennes ou encore la dépression.

Autres actualités sur le même thème

ABONNEMENT PREMIUM

Accédez sans limite à plus de 15 000 actualités