Vous recherchez une actualité
Actualités

FIBROMYALGIE: Elle affecte les petites fibres jusqu'au sens du toucher

Actualité publiée il y a 3 années 8 mois 1 semaine
eNeuro

C’est une nouvelle preuve du traitement anormal, dans la fibromyalgie, des signaux transmis par les petites fibres nerveuses, ici tactiles et de la peau, qui vient d’être apportée, par cette étude américaine. Mais également d’un dysfonctionnement « central » opioïde déréglé chez les patients atteints de fibromyalgie. Ces données, présentées dans la revue eNeuro de la Society for Neuroscience montrent que les personnes atteintes de fibromyalgie ont une perception du toucher émoussée par rapport aux personnes en bonne santé.

La fibromyalgie, dont la prévalence se dessine avec la compréhension et la définition progressive de ses multiples symptômes est une une maladie multimodale, et systémique touchant à la fois le système nerveux central et les « petites fibres nerveuses ». Caractérisée par des douleurs diffuses, ce syndrome musculo-squelettique chronique affecte environ 2% à 5% de la population. Ce syndrome douloureux est associé à une fatigue devenue chronique, des troubles du sommeil, des colopathies, des céphalées, etc … ce qui en fait une pathologie complexe et souvent invalidante. La maladie touche majoritairement les femmes, avec un sexe-ratio de 9:1. De précédentes études ont déjà suggéré, en plus de la sensibilité à la douleur, une tolérance réduite aux stimuli sensoriels et une hypersensibilité aux événements non-douloureux. Enfin, de précédentes études ont suggéré que les patients atteints de fibromyalgie ont moins de récepteurs opioïdes fonctionnels dans le cerveau, des récepteurs, impliqués dans la signalisation de la douleur mais aussi de la récompense à des comportements naturels.


Les chercheurs du National Center for Complementary and Integrative Health (Maryland,) ont examiné la perception du toucher chez 24 sujets atteints de fibromyalgie vs 28 témoins en bonne santé. L'expérience du toucher a été reproduite par un « brossage » lent ou rapide de l'avant-bras du participant qui devait évaluer à la fois le plaisir et l'intensité de la sensation perçue. L'expérience montre que :

· si les témoins, évaluent un brossage lent comme plus agréable et perçoivent bien son intensité comme modérée,

· en revanche, les participants atteints de fibromyalgie évaluent de la même manière les mouvements lents et rapides, à la fois en termes de plaisir et d'intensité.

Lorsque les participants reçoivent de la naloxone, un antagoniste des récepteurs opioïdes,

· les participants en bonne santé ont tendance à percevoir un mouvement lent ou rapide comme légèrement plus agréable,

· les patients atteints de fibromyalgie ne signalent aucun changement dans le plaisir perçu mais leur perception devient moins intense que les patients recevant le placebo.

Quelle explication : chez témoins sains, bloquer les récepteurs opioïdes rend la sensation de toucher plus agréable. Chez les sujets sains, le cerveau compenserait naturellement la perte et la quête de plaisir. Chez les personnes atteintes de fibromyalgie, le traitement tactile est anormal et la signalisation opioïde modifiée.

L'étude confirme le rôle des récepteurs opioïdes endogènes dans la perception du toucher et apporte une preuve supplémentaire d'un fonctionnement opioïde déréglé chez les patients souffrant de douleur chronique. Ce dysfonctionnement modifie l'activation des fibres nerveuses tactiles de type C qui émousse chez ces patients, la sensation du toucher. Cette modification du toucher confirme également la fibromyalgie comme une neuropathie des petites fibres nerveuses.

Autres actualités sur le même thème