Vous recherchez une actualité
Actualités

FIBROMYALGIE: Une susceptibilité héréditaire ?

Actualité publiée il y a 3 années 12 mois 2 jours
Arthritis Research & Therapy

Les facteurs génétiques et environnementaux se combinent dans l’étiopathologie de la fibromyalgie, suggèrent aujourd’hui de multiples recherches. Cependant, si le mode de « transmission » de la maladie reste inconnu, on constate une agrégation flagrante de cas au sein de mêmes familles : ainsi, les parents du premier degré d'une personne souffrant de fibromyalgie présenteraient un risque multiplié par 8 de développer la fibromyalgie par rapport aux membres de familles exemptes de la maladie.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

La fibromyalgie est un syndrome de douleur chronique généralisée qui affecte principalement les femmes et globalement, 2 à 6% de la population et est caractérisé par des douleurs diffuses. Le syndrome est associé à une fatigue devenue chronique, des troubles du sommeil, des colopathies, des céphalées, etc … ce qui en fait une pathologie complexe et souvent invalidante. La maladie est caractérisée par une hypersensibilité à la douleur mais aussi aux événements non-douloureux. Bien que l'étiologie du SFM ne soit pas bien comprise, la combinaison de facteurs de stress environnementaux et de facteurs génétiques a souvent été évoquée. De plus la fibromyalgie est également caractérisée par une forte agrégation familiale. Ces données récentes suggèrent la responsabilité de polymorphismes de gènes dans son étiologie.


Les chercheurs de la Ben Gurion University suggèrent dans la revue Arthritis Research &Therapy un mode de transmission « très probablement polygénique ». Ainsi des polymorphismes génétiques présents dans les systèmes sérotoninergiques, dopaminergiques et catécholaminergiques pourraient jouer un rôle dans l'étiologie de la fibromyalgie expliquent les chercheurs. Des polymorphismes qui ne seraient pas spécifiques à la fibromyalgie mais associés pour certains à d'autres troubles somatiques et à la dépression.

En pratique, les parents du premier degré, les frères et sœurs, les enfants et les parents d'une personne souffrant de fibromyalgie présenteraient un risque multiplié par 8 de développer la fibromyalgie par rapport aux membres de familles exemptes de la maladie. Les études génomiques menées chez les membres de familles de patients atteints de fibromyalgie et d'autres syndromes de douleur chronique identifient ainsi un certain nombre de gènes qui contribuent à expliquer cette agrégation familiale. La plupart de ces gènes sont documentés pour jouer un rôle dans la réponse du système nerveux à la douleur. Certains de ces gènes sont également associés à la dépression et l'anxiété.

La susceptibilité génétique pourrait être déclenchée par un facteur environnemental comme un événement traumatique, stressant (divorce, décès d'un proche). Ainsi, selon les études, les facteurs génétiques et environnementaux pèseraient pour une moitié du risque.

Autres actualités sur le même thème