Vous recherchez une actualité
Actualités

GRIPPE: Un risque d'émergence d'une nouvelle souche porcine

Actualité publiée il y a 3 années 5 mois 3 semaines
eLife

C’est la menace d’un nouveau virus émergent de la grippe porcine et d’un risque de pandémie humaine qui sont à nouveau soupesés avec cette étude de l'Université de Cambridge. L’angle de l’analyse est ici nouveau puisque birectionnel : les chercheurs envisagent en effet les glissements antigéniques du virus, non seulement lorsqu’il passe de l’animal à l’homme, mais surtout lorsque la transmission se produit des humains aux porcs. L’étude met finalement en évidence, et en regard de la diversité des souches qui circulent sur la planète, le potentiel nuisible important de nouvelles souches de grippe porcine émergentes.

On se rappelle la pandémie A/H1N1 de 2009, les différentes détections de virus H1N1 chez l'animal, porcs, chats et furets, la surveillance des infections de grippe chez les animaux sensibles, mammifères ou oiseaux et les multiples études sur une éventuelle mutation du virus, jusqu'au développement de super-virus. La transmission croisée entre espèces est un phénomène connu et, en 2009, des preuves suggéraient la transmission directe du virus de l'Homme à l'Animal. Alors que les virus de la grippe porcine ont longtemps été considérés comme un risque de pandémies humaines, l'attention se tourne ici sur la possibilité de la transmission des virus de la grippe des humains aux porcs.


« Une fois chez les porcs, les virus de la grippe humaine continuent à faire évoluer leurs protéines de surface, ou antigènes, ce qui produit une grande diversité de nouveaux virus qui peuvent être transmis à d'autres porcs mais aussi à l'Homme », explique l'auteur principal, le Dr Nicola Lewis de l'Université de Cambridge. Ces virus de la grippe constituent une menace sérieuse pour la santé publique, car ils ne sont plus suffisamment proches des souches humaines actuelles pour être reconnus par notre système immunitaire et donc donner lieu à une défense efficace.

Comprendre la dynamique et les conséquences de la transmission bidirectionnelle : c'est donc l'objectif de ces travaux qui ont consisté à répertorier l'ensemble des variations antigéniques depuis le début du 20è siècle et partout dans le monde. Les chercheurs ont ainsi réuni et caractérisé les antigènes de près de 600 virus de la grippe dont près de 200 jamais étudiés auparavant. L'analyse révèle :

· une diversité antigénique considérable des virus de la grippe porcine, « tirée par l'introduction fréquente de virus humains aux porcs ».

· une faible contribution des virus de la grippe aviaire à la diversité des souches porcines.

Ainsi, comme la plupart des virus actuels de la grippe porcine sont le résultat de l'introduction du virus de la grippe humaine saisonnière chez les porcs, les humains devraient bénéficier d'une certaine immunité protectrice lors de la réintroduction de ces virus, du porc à l'homme.

Ø Cependant, le risque augmente avec le nombre de personnes nées après la circulation des virus précurseurs humains, et avec l'évolution antigénique de ces virus chez les porcs.

La diversité antigénique importante perçue à travers l'analyse de ces données implique qu'il est très peu probable qu'une souche de vaccin développée par sous-type puisse être efficace à l'échelle mondiale, ou même dans une région du monde donnée, concluent les auteurs, qui soulignent donc l'importance de ne pas relâcher la surveillance, en particulier dans les régions à forte densité de porcs, comme la Chines, et où les humains et les porcs sont en contact étroit.

The global antigenic diversity of swine influenza A viruses

Plus de 100 études sur H1N1

Autres actualités sur le même thème