Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE : Des omega 3 contre les fausses-couches

Actualité publiée il y a 3 mois 2 semaines 6 jours
JCI Insight
Si le placenta est particulièrement exposé aux infections à F. nucleatum, les oméga-3 peuvent réduire l’inflammation associée à l’infection et, dans de nombreux cas éviter la naissance prématurée.

Les acides gras oméga-3 pourraient-ils aider à prévenir les fausses-couches ? Cette étude, réalisée par une équipe de l'Université Columbia et présentée dans le JCI Insight, suggère une nouvelle stratégie pour protéger la grossesse chez les femmes, réduire le risque de complications, dont la mortinatalité. Précisément, l’objectif est ici de prévenir les 10 à 30% de naissances prématurées associées aux infections utérines à F. nucleatum, un type de bactérie couramment présent dans la bouche. Or, si le placenta est particulièrement exposé aux infections à F. nucleatum, les oméga-3 peuvent réduire l’inflammation associée à l’infection et, dans de nombreux cas éviter la naissance prématurée.  

 

Les omega-3 pourraient donc constituer un principe prophylactique simple et sans danger, pour réduire le risque de prématurité associé à l’infection du placenta par cette bactérie orale courante. Comment cependant le placenta peut-il être infecté ?  La bactérie est omniprésente, tout le monde l'a dans la bouche, mais les problèmes commencent quand elle se déplace vers d'autres parties du corps. Chez les femmes enceintes, le placenta est particulièrement exposé aux infections à F. nucleatum : les changements hormonaux au cours de la grossesse peuvent favoriser l’inflammation et des saignements des gencives- qui touchent entre 30 et 100% des femmes enceintes. Les gencives qui saignent créent une voie d’entrée pour les bactéries dans le sang. Une fois dans le système circulatoire, les bactéries peuvent migrer vers le placenta et y provoquer une inflammation, ce qui peut déclencher une fausse couche ou le décès du bébé à la naissance.

 

Comment l’infection déclenche l’inflammation : les chercheurs injectent la bactérie à des souris au cours du troisième trimestre de leur gestation, les bactéries envahissent l'utérus des animaux, cela déclenche une réaction inflammatoire dans les cellules endothéliales du placenta de la souris, entraînant des naissances prématurées. Cependant la réponse inflammatoire ne se produit qu’en cas de présence d’une protéine immunitaire spécifique dans les cellules endothéliales de la mère. Chez les souris gravides dépourvues de cette protéine, il y a moins de prématurité et de mortinatalité. L'inflammation déclenchée par cette protéine est donc le déclencheur clé de la naissance prématurée.

 

Les oméga-3 préviennent l'inflammation et améliorent les résultats de naissance, chez la souris : on savait que les suppléments d'acides gras oméga-3 sont largement utilisés pour réduire l'inflammation dans les maladies inflammatoires chroniques, telles que les maladies cardiaques et la polyarthrite rhumatoïde. Les chercheurs confirment, toujours chez la souris, que les suppléments contenant des acides gras oméga-3 inhibent l'inflammation et la croissance bactérienne chez les souris gravides, et permettent de réduire les naissances prématurées, les fausses couches et les mortinaissances.

 

Bientôt, un essai clinique visant à déterminer si les acides gras oméga-3 peuvent prévenir l’infection intra-utérine à F. nucleatum chez la femme enceinte sera lancé. L’essai cherchera aussi à préciser les doses d'acides gras oméga-3, celles utilisées dans cette étude étant beaucoup plus élevées, en regard des doses actuellement recommandées en supplémentation. C’est une piste prometteuse, mais qui reste à valider et à affiner chez la femme enceinte.

Autres actualités sur le même thème