Actualités

GROSSESSE et COVID : Le lien entre symptômes et complications

Actualité publiée il y a 9 mois 3 semaines 6 jours
JAMA
La plupart des études portant sur les effets possibles du COVID-19 durant la grossesse COVID-19 ne sont pas très alarmantes, même si elles suggèrent tout un spectre de risques d'accouchement prématuré, de faible poids de naissance et de mortinaissance (Visuel Adobe Stock 416761381)

Si la plupart des études portant sur les effets possibles du COVID-19 durant la grossesse COVID-19 ne sont pas alarmantes, elles documentent tout un spectre de complications dont l'accouchement prématuré, le faible poids de naissance et la mortinaissance, dont la fréquence ou la gravité semblent fonctions de la sévérité de la maladie maternel et du « timing » de l’infection dans le cours de la grossesse. Cette nouvelle recherche, menée à l’University of Utah et publiée dans le JAMA, se montre plus alarmante et conclut à un risque significatif de complications graves de la grossesse, un risque clairement associé à la sévérité des symptômes l'infection COVID.

 

La recherche, menée par le Dr Torri Metz, spécialiste en médecine materno-fœtale et professeur agrégé d'obstétrique et de gynécologie à l'Utah Health aboutit à 3 conclusions majeures :

  1. les femmes enceintes encourent un risque plus élevé de complications du COVID-19 ;
  2. la gravité des symptômes du COVID-19 est un indicateur clé du risque accru de complications de la grossesse ;
  3. la naissance prématurée constitue la complication la plus fréquente chez les patientes infectées.

Un lien plus clair entre la sévérité des symptômes du COVID et les complications de grossesse

L’analyse des dossiers médicaux électroniques de 14.104 femmes enceintes traitées dans 17 centres médicaux du réseau Eunice Kennedy Shriver NICHD Maternal-Fetal Medicine Units (MFMU) entre mars 2020 et décembre 2020 révèle que :

  • 2.350 de ces participantes (soit environ 15 %) ont été testées positives pour le SRAS-CoV-2 pendant la grossesse ou dans les 6 semaines suivant l'accouchement ;
  • plus de 13 % de celles qui ont été testées positives ont développé des complications de grossesse au cours de l'étude, contre 9% de celles qui ont été testées négatives ;
  • 5 décès maternels sont survenus dans le groupe positif au SRAS-CoV-2 ;
  • vs les femmes ayant des symptômes légers (semblables à la grippe) ou asymptomatiques, les femmes enceintes ayant développé des symptômes modérés ou graves, nécessitant un traitement avec une oxygénothérapie ou des soins intensifs, présentent un risque multiplié par 3 (26,1 % contre 9,2 %) de d’avoir des complications graves de la grossesse ;

 

  • parmi les complications de grossesse les plus fréquemment observées chez les femmes enceintes avec COVID modéré à sévère, figurent l'éclampsie, l'hypertension artérielle sévère, l'insuffisance rénale et d'autres lésions des organes terminaux causées par l'hypertension artérielle, la septicémie due à des infections autres que le SRAS-CoV-2 et l'endométrite nécessitant une administration prolongée d'antibiotiques intraveineux.

 

  • la naissance prématurée, complication la plus probable chez les femmes enceintes infectées. L'infection par le SRAS-CoV-2 est ainsi significativement associée à une naissance prématurée et à une admission du nouveau-né en USIN ;

fait remarquable, le SRAS-CoV-2 maternel n’est associé à aucun autre résultat indésirable chez le nouveau-né ;

  • dans cette étude, seulement 1,2% des nouveau-nés ont été testés positifs pour le virus avant lasortie de l’hôpital.
  • Enfin, les femmes enceintes qui présentent des symptômes modérés ou graves du COVID-19 ont également une probabilité significativement plus élevée d'accouchement par césarienne (45,4 % contre 32,4 %) vs les femmes sans SRAS-CoV-2. Cependant, les taux de naissance par césarienne sont similaires quels que soit la gravité des symptômes du COVID. Il est également probable qu’en cas de COVID, certaines femmes enceintes soient trop malades ou fatiguées pour un accouchement vaginal ou que les médecins optent également plus souvent et par sécurité pour la césarienne.

 

Qui sont les femmes enceintes les plus à risque de complications ? Les participantes testées positives et qui ont développé des complications de grossesse sont plus susceptibles d'avoir

  • un indice de masse corporelle (IMC) >30 ou plus ;
  • d’appartenir à des minorités.

 

On retiendra donc :

  • Grossesse et risque accru de COVID sévère : les femmes enceintes encourent un risque plus élevé de complications du COVID-19 mais aussi de complications courantes de la grossesse telles que le développement d'une hypertension artérielle, des saignements post-partum ou l'acquisition d'une infection autre que le SRAS. C'est pourquoi nous devons nous assurer que les femmes enceintes sont vaccinées.
  • COVID sévère et complications de la grossesse : les chercheurs concluent également que la gravité des symptômes du COVID-19 est un indicateur clé du risque accru de complications de la grossesse. Ils l’observent en pratique clinique chez leurs patientes les plus gravement malades : les femmes enceintes qui développent une forme sévère de COVID sont 3 fois plus susceptibles de développer des complications de grossesse que celles dont le test est négatif ou qui développement une forme plus légère de la maladie.
  • COVID, complications de la grossesse : la naissance prématurée est la seule complication pour le bébé.

 

Enfin, cette étude a été menée avant la disponibilité des vaccins à ARNm. Aujourd’hui, il est clair pour ces clioniciens, qu’il faut recommander la vaccination aux femmes enceintes et  qui souhaitent concevoir.

Autres actualités sur le même thème