Vous recherchez une actualité
Actualités

GROSSESSE : Le stress maternel fait muter l'ADN mitochondrial du fœtus

Actualité publiée il y a 5 mois 1 semaine 1 heure
Biological Psychiatry
Pourquoi le stress d'une mère durant la grossesse peut affecter le risque de son bébé de développer une maladie (Fotolia 194895813).

Avant même la naissance, le stress d'une mère peut-il avoir un impact sur le développement de la maladie chez ses enfants plus tard dans la vie ? Cette équipe de chercheurs en santé environnementale de l'Université de Cincinnati affirme qu'il existe bien un lien entre le traumatisme ou le stress, et la mutation de l'ADN : ainsi le stress de la mère durant la grossesse peut affecter le risque de son bébé de développer une maladie. Ce développement peut même intervenir bien plus tard, au cours de la vie de l’enfant, expliquent les chercheurs dans la revue Biological Psychiatry.

 

Les facteurs psychosociaux qui créent du stress comme l’absence de soutien social, la solitude, le divorce, la séparation ou le deuil peuvent faire muter l'ADN mitochondrial de l’enfant à naître et être les précurseurs de nombreuses maladies. « De nombreuses conditions qui commencent dans l'enfance sont liées au dysfonctionnement mitochondrial, notamment l'asthme, l'obésité, le trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention (TDAH) et l'autisme », explique l’auteur principal, Kelly Brunst, professeur adjoint de sciences de l'environnement et de la santé publique à l'UC College of Medicine.

La période fœtale et infantile est une période vulnérable à l'exposition environnementale

La programmation moléculaire commence bien avant la naissance : « Nous ne nous réveillons pas juste un beau jour avec de l’asthme ou un TDAH », explique l’auteur. Ce sont les effets d’une programmation moléculaire et cellulaire résultant de changements induits par l'environnement et qui commencent probablement dès la grossesse. Ces changements qui modifient les paramètres physiologiques peuvent entraîner à terme des effets néfastes sur la santé.

Dans cette étude, les chercheurs séquencent le génome mitochondrial et identifient des mutations dans 365 échantillons de placenta. En utilisant un modèle mathématique permettant de rapprocher les données de stress maternel et le nombre de mutations géniques dans le génome mitochondrial du placenta, ils constatent que :

 

  • les femmes confrontées à un stress psychosocial accru en raison, par exemple, de violence sexuelle ou domestique, de blessures, de maladie physique ou mentale ou de difficultés familiales, présentent un nombre plus élevé de mutations mitochondriales dans leur placenta ;

Le stress subi avant même la grossesse peut impacter le génome mitochondrial du fœtus

« Notre environnement, et dans ce cas, le stress et les traumatismes maternels, ont donc un impact détectable sur la fonction mitochondriale et finalement sur le développement neurocomportemental de l’enfant à naître », concluent les chercheurs : « Il nous faut maintenant comprendre pourquoi certains enfants sont plus vulnérables au développement d'une gamme de maladies complexes liées à ces expositions environnementales telles que le stress chronique ou la pollution de l'air ».

 

Ces résultats contribuent probablement aussi à expliquer pourquoi la prévalence de certaines maladies est plus élevée chez certaines minorités- plus affectées par le stress et dont la descendance pourrait donc être plus vulnérable à ces maladies.

Autres actualités sur le même thème