Vous recherchez une actualité
Actualités

HUILE de SOJA : Attention aux effets métaboliques et neurologiques

Actualité publiée il y a 5 mois 2 semaines 3 jours
Endocrinology
La consommation régulière d'huile de soja entraîne aussi des changements génétiques dans le cerveau et pourrait ainsi affecter le risque de troubles neurologiques comme l'autisme, la maladie d'Alzheimer, l'anxiété et la dépression.

Cette huile fréquemment utilisée pour la friture de restauration rapide ou dans la préparation des aliments transformés (Voir visuel ci-dessous) est déjà documentée comme facteur de risque accru d'obésité et de diabète. Cette étude de l’Université de Californie – Riverside montre que sa consommation régulière entraîne aussi des changements génétiques dans le cerveau et pourrait ainsi affecter le risque de troubles neurologiques comme l'autisme, la maladie d'Alzheimer, l'anxiété et la dépression. Des conclusions étayées dans la revue Endocrinology, avec des implications personnelles, l’importance du choix des acides gras, dans le régime alimentaire de base et considérables pour la santé publique.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

La même équipe avait déjà démontré que l'huile de soja, comme huile de base du régime alimentaire, soit consommée régulièrement, est associée à une prise de poids accrue et au risque de diabète de type 2. C’est bien plus que l'huile de noix de coco et surtout le fructose. Or la consommation d'huile de soja a considérablement augmenté au cours de ces dernières décennies.  

Cette huile est fréquemment utilisée pour la friture de restauration rapide ou dans la préparation des aliments transformés

L’huile de soja modifie aussi l'expression des gènes hypothalamiques

Les chercheurs ont comparé des souris nourries avec 3 régimes différents riches en huile de soja, en huile de soja modifiée pour être allégée en acide linoléique et en huile de coco. Ils n’identifient aucune différence entre les effets de l'huile de soja modifiée et non modifiée sur le cerveau.

  • Allégée ou pas en acide linoléique, l’huile de soja entraîne des effets prononcés sur l'hypothalamus, une zone impliquée dans un certain nombre de processus critiques. L'hypothalamus régule le poids corporel via le métabolisme, maintient la température corporelle, est essentiel pour la reproduction et la croissance physique ainsi dans la réponse au stress, rappelle l’auteur principal, Margarita Curras-Collazo, professeur en neurosciences.
  • L’huile de soja modifie l’expression d’un certain nombre de gènes dont le gène de l'ocytocine : ainsi, chez les souris nourries à l'huile de soja, les niveaux d'ocytocine dans l'hypothalamus ont baissé.
  • 100 autres gènes sont également affectés par le régime à base d'huile de soja.

 

Ces découvertes ont d’importantes implications : non seulement pour le métabolisme énergétique, mais aussi pour le bon fonctionnement du cerveau et des maladies telles que l'autisme ou la maladie de Parkinson. Cependant, il reste à démontrer le lien entre la consommation de cette huile et le développement de ces troubles neurologiques.

 

Enfin, l'équipe précise que ces résultats ne s'appliquent qu'à l'huile de soja et non aux autres produits à base de soja ou aux autres huiles végétales : « De nombreux produits à base de soja ne contiennent que de petites quantités d'huile mais de grandes quantités de composés sains tels que les acides gras essentiels et les protéines ».

Enfin, il s’agira d’isoler les composés chimiques de l'huile responsables des changements observés dans l'hypothalamus.

Autres actualités sur le même thème