Vous recherchez une actualité
Actualités

HYPERTENSION : La méditation transcendantale évite l'hyperthrophie ventriculaire

Actualité publiée il y a 6 mois 2 jours 18 heures
Ethnicity and Disease
La méditation contribue en effet à prévenir chez des patients atteints d’hypertension artérielle, une hypertrophie anormale du cœur ou hypertrophie ventriculaire gauche qui peut entraîner l’insuffisance cardiaque chronique et le décès

C’est un nouveau bénéfice, considérable, de la méditation transcendantale, qui est révélé par cette étude de l’Université internationale de Maharishi (US) présentée dans la revue Ethnicity & Disease : la méditation contribue en effet à prévenir chez des patients déjà atteints d’hypertension artérielle, une hypertrophie anormale du cœur ou hypertrophie ventriculaire gauche- qui peut entraîner à terme l’insuffisance cardiaque chronique et le décès. Une anomalie cardiaque particulièrement prévalente chez les Afro-Américains.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

 

En dépit des progrès dans leur diagnostic, leur suivi et leurs traitements, les maladies cardiovasculaires (MCV) restent la principale cause de décès dans les pays riches. Parmi les facteurs de risque connus, figure cet élargissement anormal du cœur, ou hypertrophie ventriculaire gauche, qui peut doubler le risque de crise cardiaque, d'arythmie, d'accident vasculaire cérébral (AVC), d'insuffisance cardiaque et de décès par MCV. Cette étude montre que seulement 6 mois de pratique de méditation transcendantale permettent de maintenir la taille du cœur à son niveau de base et de prévenir l’hypertrophie ventriculaire. Des résultats en ligne avec une récente déclaration scientifique de l'American Heart Association (AHA), qui souligne le potentiel des différentes thérapies de réduction du stress pour prévenir la maladie cardiaque.

A 6 mois, le groupe témoin accuse une progression de près de 10% de l'élargissement cardiaque alors que le groupe de méditation parvient à maintenir sa taille cardiaque de base.

La méditation prévient l’hypertrophie ventriculaire chez les hypertendus

Les taux de mortalité par maladie cardiaque s’avèrent significativement plus élevés chez les Afro-Américains en partie en raison de ces taux d’hypertrophie ventriculaire élevés chez ce groupe de population. L’étude, menée auprès de 85 Afro-Américains souffrant d'hypertension artérielle assignés au hasard à la pratique de la méditation transcendantale ou à une éducation thérapeutique de base, en plus des soins médicaux standards, confirme -par échocardiographie qu’un programme de 6 mois de pratique de la méditation transcendantale prévient l'élargissement du cœur chez ces patients hypertendus. En effet,

  • A 6 mois, si le groupe témoin accuse une progression de près de 10% de l'élargissement cardiaque, le groupe de méditation parvient à maintenir sa taille cardiaque de base.

 

Les résultats suggèrent ainsi que la pratique de la méditation est une méthode non médicamenteuse et efficace à prévenir cette hypertrophie ventriculaire chez les personnes hypertendues à risque particulièrement élevé de développer une MCV. Un résultat d’autant plus intéressant que les traitements non médicamenteux ont été peu étudiés pour cette forme de maladie cardiaque, explique le Dr Robert Schneider, auteur principal de l’étude. Alors que le stress contribue à l'élargissement cardiaque, les chercheurs avaient simplement émis l'hypothèse qu'une bonne gestion de la relation corps-esprit par la méditation sserai capable de bloquer le processus de pathogenèse cardiaque. Cette hypothèse est donc vérifiée.

 

La méditation transcendantale permet de réduire de 11% le risque de mortalité cardiovasculaire : « En empêchant la progression de l'indice de masse du ventricule gauche, la méditation permet de réduire le risque de morbidité et de mortalité cardiovasculaires associées à l'hypertrophie ventriculaire gauche ». Or, chaque augmentation de 23,5 g / m2 de cet indice de masse du ventricule gauche augmente le risque de mortalité cardiovasculaire de 38 % et de mortalité toutes causes confondues de 28%. Sur la base de ces résultats, les patients ayant médité ont réduit leur risque réduit de mortalité cardiovasculaire de 11% et de mortalité toutes causes de 8% par rapport au groupe témoin.

 

Autres actualités sur le même thème