Vous recherchez une actualité
Actualités

HYPERTENSION : Une surveillance de 24 heures meilleure qu’un contrôle clinique ponctuel

Actualité publiée il y a 1 année 6 mois 3 semaines
NEJM

Cette étude évoque à nouveau du syndrome de la blouse blanche ou le risque, pour le patient, de voir sa pression artérielle grimper sous le coup du stress face au médecin. Un pic de pression artérielle qui s’efface lorsque la surveillance est faite tout au long d’une journée, par le patient lui-même. Cette étude présentée dans le New England Journal of Medicine confirme que ces mesures cliniques ponctuelles produisent en effet des résultats moins fiables.

 

Ainsi, une surveillance sur 24 heures semble plus utile car elle permet d’obtenir un score moyen de tension artérielle tout au long de la journée et de la nuit.

 

Cette étude le confirme auprès de 64.000 adultes dont la pression artérielle est mesurée une première fois par un dispositif de mesure unique à la clinique puis au domicile en utilisant un moniteur de 24 heures. Les chercheurs de Les chercheurs des Universités Autonome et Européenne de Madrid, de l'Hôpital Mutua Terrassa, de l'Université de Barcelone et de l’University College London ont suivi les participants sur près de 5 ans et pris en compte les facteurs de confusion possibles dont l'âge, le sexe, l’IMC, le diabète, les maladies cardiovasculaires antérieures ou l'abaissement de la pression artérielle. L’analyse confirme :

 

 

  • la plus grande fiabilité de la surveillance 24 heures sur 24 pour prédire le risque de décès cardiovasculaire ;
  • que les patients à pression artérielle élevée sur la lecture de 24 heures, mais pas lors de la mesure clinique unique présentent le risque de décès le plus élevé.
  • Précisément, au cours du suivi, 3.808 patients sont décédés.
  • chaque augmentation (écart-type) de la pression artérielle systolique moyenne mesurée sur 24 heures s’avère liée à une augmentation de 58% du risque de décès ;
  • chaque augmentation (écart-type) de la pression artérielle systolique mesurée en clinique s’avère liée à une augmentation de 2% du risque de décès ;
  • les patients souffrant « du syndrome de la blouse blanche » ont un risque accru de décès accru de 79% ;
  • les patients souffrant d'hypertension persistante ont un risque de décès accru de 89% ;
  • les patients souffrant d'hypertension masquée présentent un risque accru de décès de 283%.

 

Ainsi, la mesure de la pression artérielle sur 24 heures est un meilleur prédicteur de la mortalité toutes causes et cardiovasculaire.  

 

Au Royaume-Uni, les directives recommandent que les patients puissent bénéficier d’une surveillance de 24 heures pour confirmer un diagnostic d'hypertension artérielle.

Autres actualités sur le même thème