Vous recherchez une actualité
Actualités

INCONTINENCE MASCULINE : Le choix du palliatif

Actualité publiée il y a 4 semaines 22 heures 2 min
Fiche technique
Des protections adaptées apportent aux hommes incontinents un sentiment de sécurité et permettent aux hommes de reprendre le contrôle de leur vie et de poursuivre normalement leurs activités.

 

L’utilisation de protections absorbantes représente aujourd’hui la solution palliative la plus courante, après échec des différents traitements et interventions comportementales. Le choix des palliatifs et leur présentation au patient fait partie du projet de soin à définir par le soignant en fonction du projet de vie du patient ou du résident. Alors que les hommes hésitent à consulter pour leur incontinence, les conseiller dans le choix d’un palliatif adapté peut permettre de maintenir ou rétablir une vraie qualité de vie.

 

Utiliser des protections absorbantes est le réflexe le plus simple pour retrouver durant le traitement et juste après le traitement une bonne qualité de vie. Cependant beaucoup d’hommes ignorent encore qu’il existe aujourd’hui des protections spécifiquement adaptées à l’anatomie masculine, disponibles en pharmacie, en magasin de matériel médical et sur Internet, qui apportent un sentiment de sécurité et permettent aux hommes de reprendre le contrôle de leur vie et de poursuivre normalement leurs activités.

 

Quel que soit leur type, les protections urinaires sont généralement composées d’un voile supérieur en contact avec la peau qui transfère l’urine à l’intérieur de la protection pour que la peau reste au sec, d’un coussin absorbant qui capte l’urine et neutralise les odeurs et d’un voile inférieur doté le cas échéant de bandes adhésives assurant le maintien de la protection. L’épaisseur de la protection varie en fonction des matériaux utilisés et de la capacité d’absorption souhaitée.

 

Plusieurs types de protections urinaires spécifiquement conçues pour les hommes permettent de répondre aux différentes caractéristiques et degrés de sévérité de l’incontinence, mais aussi au mode de vie et aux activités des patients :

  • Les protections anatomiques, plus adaptées aux fuites légères à modérées. Dotées néanmoins d’une bonne capacité d’absorption, elles se fixent à l’avant du sous-vêtement (slip ou boxer) grâce à des bandes adhésives pour assurer un niveau élevé de confort et de sécurité chez l’homme. Ces « coquilles » spécifiquement adaptées à l’anatomie masculine sont souvent utilisées après une opération de la prostate (ex : TENA Men).
  • Les sous-vêtements absorbants, plus adaptés aux fuites modérées voire importantes, ressemblent à un sous-vêtement masculin classique, s’enfilent de la même manière et offrent aux hommes actifs à la fois un confort et une parfaite sécurité leur permettant de poursuivre normalement leurs activités quotidiennes (ex : TENA Men Premium Fit, TENA Active Fit Pants et TENA Pants Plus).
  • Les changes complets, plus adaptés aux patients souffrants d’incontinence sévère, alités ou aux résidents. Une ceinture agrippante plutôt qu’autocollante permet un repositionnement à volonté de la protection (ex : TENA Flex).
  • Enfin, les étuis péniens, naturellement adaptés à l’anatomie masculine ont aussi leurs avantages : conserver mobilité et autonomie mais assurer aussi une parfaite étanchéité.

 

Le choix d’une protection adaptée se fait globalement en fonction,

  • du type et du niveau d’incontinence,
  • du calendrier mictionnel,
  • de la saturation des protections et de l’importance des fuites,
  • de l’autonomie et des activités quotidiennes du patient,
  • des critères de confort,
  • de la santé mentale et de l'autonomie du patient.

 

 

Le conseil de protections au patient implique le respect de quelques conditions de forme :

  • on préfèrera parler de protections que de couches,
  • de fuites que d’incontinence,
  • on respectera lors des entretiens la plus grande discrétion.

 

Enfin, le patient doit lui-aussi savoir réserver le port de protections aux situations de « fuite » et ce port doit être réajusté, avec le conseil du professionnel, en fonction de l’évolution de ses symptômes et de ses signes fonctionnels.

Autres actualités sur le même thème

Pages