Vous recherchez une actualité
Actualités

INCONTINENCE : Pas sans conséquence sur la vie sexuelle

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 1 semaine
BJU International
L'étude sensibilise à la force de la relation Incontinence et Sexualité et à l’aspect toujours « tabou » non seulement de l'incontinence urinaire mais de ses effets sur la « sexualité tardive ».

L'incontinence urinaire peut avoir des effets négatifs sur la santé sexuelle, cette étude longitudinale, à paraître dans le British Journal of Urology International, menée à la fois chez des hommes et des femmes souffrant d’incontinence, fait le point non seulement sur ses conséquences sur la sexualité mais plus largement sur le bien-être et la qualité de vie.  

 

L'étude est menée auprès de 3.805 participants à la cohorte English Longitudinal Study of Ageing (ELSA), représentative de la population et portant sur le vieillissement, la retraite et la santé chez les hommes et les femmes d'âge moyen et plus âgés vivant en Angleterre.

Ainsi, l’analyse montre que :

  • 20% des femmes et 7% des hommes signalent une incontinence urinaire au cours des 12 derniers mois ;
  • les femmes souffrant d'incontinence urinaire signalent :
    • des baisses d'activité sexuelle,
    • une réduction de la libido, en particulier au cours de l’année précédente,
    • une inquiétude croissante concernant leur fréquence d'activité sexuelle,
    • une baisse de capacité à être sexuellement excitées.
  • Les hommes souffrant d'incontinence urinaire signalent :
    • des baisses du désir sexuel,
    • une augmentation des troubles de dysfonction érectile,
    • une anxiété au sujet de ces fonctions sexuelles.

 

 

L’étude confirme ainsi le lien plutôt évident entre l'incontinence urinaire et un certain nombre de conséquences négatives sur la santé sexuelle. Mais elle sensibilise à la force de la relation et à l’aspect toujours « tabou » non seulement de l'incontinence urinaire mais de ses effets sur la « sexualité tardive ». Incontinence et troubles de la sexualité, à l’âge avancé, restent sous-déclarés en tant que problèmes de santé, rappelle l'auteur principal. David Lee, de la Manchester Metropolitan University.

Pourtant, étant donnée la prévalence relativement élevée de l'incontinence, en particulier chez les femmes, et de l’importance de la sexualité pour le bien-être et la santé, les professionnels de santé devraient être conscients et rechercher chez leurs patients ces symptômes essentiels pour la qualité de vie.

Autres actualités sur le même thème