Vous recherchez une actualité
Actualités

INFECTIONS NOSOCOMIALES: C. difficile est mortelle mais on sait comment l'arrêter

Actualité publiée il y a 3 années 3 mois 1 semaine
Nature Microbiology

Cette étude de microbiologistes de l’Université de Virginie permet de mieux comprendre la virulence d’une bactérie redoutée et redoutable car parmi les causes les plus fréquentes d'infections nosocomiales. La bactérie tue jusqu'à 15% des patients qu’elle infecte, même sous antibiotiques et devient de plus en plus résistante aux antimicrobiens. Cette recherche, publiée dans la revue Nature Microbiology explique pourquoi c’est une menace urgente » -selon les US Centers for Disease Contro and Prevention- mais suggère également un moyen de l'arrêter.

Jusqu'à présent, les scientifiques n'avaient pas saisi la particularité qui fait de cette souche, une bactérie si redoutable. Cette équipe internationale décrypte les mécanismes que C. difficile utilise pour vaincre les défenses naturelles de l'organisme et montre qu'elle produit une toxine qui tue les cellules immunitaires éosinophiles de l'intestin. En détruisant cette barrière naturelle de l'intestin, les bactéries peuvent alors propager l'inflammation dans le corps.


Une toxine redoutable…. la toxine produite par C. diff rend l'infection plus sévère en tuant les éosinophiles bénéfiques, nécessaires à une réponse immunitaire efficace. Les chercheurs montrent qu'une fois les éosinophiles épuisés par la toxine, l'inflammation augmente de manière spectaculaire. Mais lorsque les chercheurs restaurent les éosinophiles, cette restauration limite les dommages causés par la souche épidémique. L'équipe décrypte également tout le fonctionnement de la toxine qui a besoin d'une protéine humaine particulière qui reconnaît les bactéries pour éliminer les éosinophiles.

mais une cible prometteuse : bloquer l'action de la toxine pourrait sauver les éosinophiles dans l'intestin et limiter considérablement les effets de l'infection à C. diff.

Autres actualités sur le même thème