Vous recherchez une actualité
Actualités

INSUFFISANCE CARDIAQUE: La vitamine D n'est pas une panacée

Actualité publiée il y a 3 années 5 mois 1 semaine
Journal of the American College of Cardiology

La vitamine D contribue à réguler la quantité de calcium dans le corps et peut favoriser certaines améliorations de la fonction cardiaque. Cependant, cette étude, présentée dans le Journal of the American College of Cardiology aboutit à des résultats mitigés : chez des patients insuffisants cardiaques, une supplémentation en vitamine D améliore la fonction ventriculaire gauche mais n'améliore pas la capacité d'exercice.

L'insuffisance cardiaque est causée par l'incapacité de la pompe cardiaque à assurer un débit sanguin suffisant pour satisfaire les besoins de l'organisme. En cas de dysfonctionnement des valves, des artères ou du muscle cardiaque, le cœur est contraint de forcer pour assurer ce débit ce qui entraîne à terme une dégradation encore plus importance de ses capacités et, finalement une incapacité à couvrir les besoins du corps en oxygène. En France, malgré une réduction significative de la mortalité entre 2000 et 2010, l'insuffisance cardiaque reste avec près de 24.000 décès par an, une cause de mortalité fréquente, notamment chez les personnes âgées. De nombreux insuffisants cardiaques sont carencés en vitamine D, ce qui a incite les chercheurs de l'Université de Leeds à regarder les effets d'une supplémentation en vitamine D.


L'étude a porté sur 223 participants, pour la plupart carencés en vitamine D et souffrant d'insuffisance cardiaque chronique causée par une dysfonction ventriculaire gauche systolique. Ces participants ont été répartis pour recevoir, pendant un an, soit une supplémentation quotidienne de vitamine D (100 microgrammes de vitamine D3 par jour), soit un placebo. Les chercheurs ont pris en compte 2 mesures principales, la distance de marche en six minutes et l'évolution de leur fonction cardiaque, mesurée par la proportion de sang pompé du cœur ou fraction d'éjection. L'analyse montre que,

· les participants du groupe vitamine D présentent, dans l'ensemble, des améliorations encourageantes de la fonction ventriculaire gauche, un marqueur de la capacité du cœur à pomper à chaque battement : ils améliorent leur fraction d'éjection de 7,65%, passant de 25,6% à 33,25% sur un an, vs 1,36%, de 26,5% à 27,86% chez les témoins.

· cependant, la supplémentation n'entraîne aucune amélioration des principaux symptômes de l'insuffisance cardiaque, comme l'essoufflement, l'excès de la fatigue et le gonflement des chevilles,

· en particulier, aucune amélioration de la distance de marche ou capacité d'exercice : l'étude dit même que les participants du groupe témoin ont marché en moyenne de 10 mètres de plus que les participants du groupe « vitamine D », après un an.

· Enfin, aucun effet secondaire n'a été relevé avec la vitamine D.

Des résultats mitigés : Donc, une supplémentation d'un an de 100 microgrammes par jour de vitamine D3 a des effets bénéfiques sur la fonction ventriculaire gauche, mais n'améliore pas la capacité d'exercice. Il s'agit donc, face à ces résultats mitigés d'entreprendre de plus larges études sur les bénéfices de la vitamine D dans la fonction cardiaque. Rappelons que la vitamine D peut également être obtenue par une simple exposition, raisonnable, à la lumière du soleil. Il est probable que la carence en vitamine D des patients insuffisants cardiaques soit liée à un manque de pratique d'activité en extérieur.

Autres actualités sur le même thème