Vous recherchez une actualité
Actualités

Le RESVÉRATROL du vin rouge pour rester mieux dans ses muscles

Actualité publiée il y a 2 années 4 mois 3 jours
Journals of Gerontology

Le resvératrol exerce aussi ses effets anti-vieillissement sur les nerfs et les muscles, révèle cette étude américaine. Mieux connu pour ses effets neuroprotecteurs, ce composé fortement présent dans le vin rouge et le chocolat montre ici, chez la souris et dans le Journals of Gerontology, des effets puissants sur les fibres musculaires.

Le resvératrol intéresse les scientifiques pour ses capacités anti-vieillissement depuis de nombreuses années : depuis sa « découverte » dans le années 40, ses effets neuroprotecteurs ont été largement suggérés, dont ses effets positifs sur l'hippocampe, une zone du cerveau essentielle pour la mémoire, l'apprentissage et l'humeur. Cette substance phytochimique polyphénolique produite naturellement dans plusieurs plantes est trouvée en forte concentration dans la peau des raisins (vin), les baies, le chocolat et les arachides. De nombreux bénéfices lui ont déjà été accordés, dont ses effets anti-inflammatoires et ses capacités préventives contre le diabète, les maladies cardiovasculaires, certains cancerset même la maladie d'Alzheimer. Une étude des NIH a retracé l'activité métabolique dans des cellules traitées avec du resvératrol jusqu'à l'activation des sirtuines propices à la longévité. Enfin, d'autres étudesont suggéré que l'apport en resvératrol par voie alimentaire est aussi (ou surtout) associé à certain nombre de facteurs propices à la santé.


Les chercheurs de Virginia Tech, du Roanoke College et du National Institute on Aging (NIA/NIH) ont cherché à préciser les effets du resvératrol, de la metformine (antidiabétique) et de la restriction calorique sur le vieillissement. Les chercheurs ont réparti des souris de laboratoire en 4 groupes nourris soit :

-par un régime alimentaire normal,

-par un régime hypocalorique à partir de 4 mois,

-par un régime enrichi avec du resvératrol à partir d'1 an,

-par un régime enrichi en metformine à partir de l'âge d'1 an.

A l'âge de 2 ans, les muscles et les nerfs des souris ont été examinés précisément à la jonction neuromusculaire d'un muscle de la jambe. 4 souris ont été examinées pour chaque régime alimentaire. Pour vérifier les effets directs des substances sur les cellules musculaires, les chercheurs ont également mené des études in vitro d'exposition directe des cellules de souris à un mélange de nutriments enrichi avec le resvératrol ou la metformine.

En comparaison de souris nourries avec un régime alimentaire standard, les souris supplémentées en resvératrol ou soumises à la restriction calorique présentent :

-moins de fragmentation tissulaire à la jonction neuromusculaire

-moins de zones de dégénération cellulaire signe de réduction des entrées nerveuses dans le muscle

-la metformine, le resvératrol et la restriction calorique exercent un effet sur la taille transversale des fibres musculaires. La majorité des fibres musculaires apparaissent petites et c'est la restriction calorique qui apporte la plus grande proportion de fibres de petits muscles. Un signe de moindre vieillissement, alors que « normalement », les fibres musculaires augmentent en taille avec l'âge.

Bref, des résultats qui suggèrent que le resvératrol préserve aussi la fonction motrice en partie en protégeant les jonctions et les fibres musculaires. Mais de manière un peu moins efficace que la restriction calorique…mais là « on parle de la souris », c'est donc à vérifier et à adapter chez l'Homme.

March 7 2017 DOI: 10.1093/gerona/glx023 Caloric restriction mimetics slow aging of neuromuscular synapses and muscle fibers

Plus de 15 études sur le Resvératrol

Autres actualités sur le même thème