Vous recherchez une actualité
Actualités

LUPUS : Des globules rouges survoltés ?

Actualité publiée il y a 2 semaines 1 jour 16 heures
Cell
Des globules rouges bien particuliers car ils retiennent contrairement aux globules sains, des mini-centrales électriques cellulaires que sont les mitochondries, c’est la signature découverte chez des patients atteints de lupus sévère (Visuel Fotolia 80328195).

Des globules rouges bien particuliers car ils retiennent contrairement aux globules sains, ces mini-centrales électriques cellulaires que sont les mitochondries. C’est la signature identifiée par cette équipe de chercheurs du Weill Cornell Medicine (New York) chez des patients atteints de lupus sévère. Cette découverte suggère que les globules rouges pourraient jouer un rôle très important dans l'inflammation associée au lupus. En décryptant un peu mieux le processus de développement de la maladie, cette recherche, publiée dans la revue Cell, ouvre également la voie à de nouvelles interventions thérapeutiques.

 

Les causes spécifiques du lupus -ou lupus érythémateux disséminé-, une maladie qui affecte plusieurs millions de personnes dans le monde, restent mal connues, même si des facteurs génétiques sont fréquemment évoqués. Cette maladie chronique auto-immune et inflammatoire pouvant affecter de nombreux organes dont la peau (lupus érythémateux cutané), les reins, les articulations, les poumons et le système nerveux, induit des manifestations variées, dont l'enflure et de possibles dommages aux articulations, à la peau, au sang et aux différents organes touchés.

La maladie touche en majorité des femmes et se manifeste par poussées intermittentes. Le système immunitaire est incapable de distinguer les pathogènes de ses tissus et organes sains.

La maladie est caractérisée par des niveaux élevés d'interféron de type I, une substance normalement sécrétée par les cellules immunitaires en réponse à des infections virales. L'origine de la signature de l'interféron dans le lupus est restée un mystère pendant des années. contre les tissus sains du corps, notamment la peau, les articulations, les follicules pileux, le cœur et les reins. Ainsi, un facteur sous-jacent commun est la production anormalement élevée de protéines d'activation immunitaire appelées interférons de type I. Il n’existe pas de remède contre le lupus.

Ici, l’équipe newyorkaise, dirigée par le Dr Virginia Pascual, directrice du Gale and Ira Drukier Institute for Children’s Health and the Ronay Menschel Professor of Pediatrics at Weill Cornell Medicine montre que la maladie peut être déclenchée par un processus défectueux dans le développement des globules rouges (GR).

 

Une découverte qui pourrait conduire à de nouvelles méthodes de classification et de traitement des patients atteints.

Les globules jouent un rôle clé dans la conduite de l'inflammation

De précédentes études ont identifié des mitochondries défectueuses dans les cellules immunitaires de patients atteints de lupus. Ici, les chercheurs examinent les globules rouges, censés ne « contenir » aucune mitochondrie, ces minicentrales électriques qui aident à convertir l'oxygène en énergie chimique dans la plupart des cellules- mais qui sont normalement exclues des globules rouges.

 

Des globules rouges équipés de mitochondries ? L’équipe observe que, chez un certain nombre de patients atteints de lupus, les globules rouges en cours de maturation ne parviennent pas à se débarrasser de leurs mitochondries et présentent donc des niveaux détectables de mitochondries. Cette rétention anormale des mitochondries déclenche une cascade immunitaire inappropriée et nocive, caractéristique de la maladie.

 

Quel processus ? Les scientifiques ont donc cherché à comprendre comment les globules rouges humains se débarrassent des mitochondries au fur et à mesure qu'ils deviennent plus matures. Leurs expériences révèlent comment ces globules rouges anormaux provoquent une inflammation. En général, à mesure que les globules rouges vieillissent ou présentent des signes de dommages, ils sont éliminés par les macrophages- un type de cellules immunitaires. Les anticorps qui se lient aux globules rouges facilitent également leur élimination. Une fois ingéré par les macrophages, l'ADN mitochondrial des globules rouges stimule une puissante voie inflammatoire appelée voie cGAS/STING, qui à son tour entraîne la production d'interféron de type I.

 

Mais le processus complexe qui mène à la rétention des mitochondries dans les globules rouges reste à découvrir. Cependant, identifier les patients présentant ce dysfonctionnement permet de détecter les plus susceptibles de subir des poussées sévères de lupus et de développer des thérapies ciblées .

 

C’est donc une première étape qui engage à creuser ce rôle clé des globules rouges dans le développement du lupus, avec un espoir de traitement à la clé, ciblé sur ces globules anormaux.  

Autres actualités sur le même thème