Vous recherchez une actualité
Actualités

MALADIE ALCOOLIQUE : La thérapie phagique pour nettoyer le foie

Actualité publiée il y a 2 semaines 23 heures 12 min
Nature
Des bactériophages se nourrissent d’E. faecalis

La cytolysine, une toxine sécrétée par une bactérie du microbiote, E. fecalis, joue un rôle clé dans la sévérité de la maladie hépatique liée à l’excès d’alcool. Des bactériophages ciblés sur cette bactérie néfaste peuvent éliminer la bactérie et inverser la maladie. C’est la démonstration de cette équipe de l’Université de Californie - San Diego qui parvient, chez l’animal modèle de la maladie à l’inverser par thérapie phagique. Des résultats prometteurs présentés dans la revue Nature, et précieux en regard de la prévalence de l’abus d’alcool et de ses conséquences hépatiques.

 

Les maladies hépatiques chroniques liées aux troubles de la consommation d’alcool constituent un vrai fardeau de Santé publique. Leur forme la plus sévère, l'hépatite alcoolique peut mettre la vie en danger. Jusqu'à 75% des patients atteints d'hépatite alcoolique sévère décèdent dans les 90 jours qui suivent le diagnostic. La maladie est le plus souvent traitée avec des corticostéroïdes, mais sans grande efficacité. La greffe de foie précoce est la seule option, mais elle n’est accessible qu’à un nombre limité de patients.

Le microbiote intestinal joue un rôle clé dans le développement de la maladie du foie liée à l’alcool et les niveaux d’une bactérie en particulier, Enterococcus faecalis, sont corrélés à la sévérité de la maladie et à la mortalité chez les patients atteints d'hépatite alcoolique. La cytolysine, une toxine sécrétée par E. fecalis est également associé à la mort des hépatocytes et au développement des lésions hépatiques.

Une thérapie phagique qui débarasse le foie de la maladie alcoolique

E. faecalis est présente dans le microbiote de 30% des patients atteints d'hépatite alcoolique et 30% sont positifs pour la cytolysine. Près de 90% des patients atteints d'hépatite alcoolique positive à la cytolysine décèdent dans les 180 jours suivant leur admission à l'hôpital. Ainsi, les chercheurs ont d’abord découvert que les cellules hépatiques sont endommagées par la cytolysine, une toxine sécrétée par Enterococcus faecalis, puis constaté que les personnes atteintes d'hépatite alcoolique avaient des niveaux plus élevés d'E. Faecalis produisant de la cytolysine dans leur intestin que les personnes en bonne santé. Plus ces niveaux étaient élevés et plus la maladie du foie était sévère.

 

Des bactériophages se nourrissent d’E. faecalis : L’étude menée chez des souris colonisées par des bactéries provenant des matières fécales de patients atteints d'hépatite alcoolique, a évalué les effets thérapeutiques de bactériophages qui ciblent E. faecalis. Les bactériophages (phages) sont des virus qui détruisent spécifiquement les bactéries. L'utilisation de phages est déjà documentée dans le traitement des infections bactériennes. Si le développement des antibiotiques ont fait passer les thérapies phagiques au second plan, avec l’émergence des antibiorésistances, les chercheurs ont renouvelé leur intérêt pour les traitements par phages. Ici, des chercheurs de l'Université de Californie à San Diego testent avec succès une thérapie phagique chez la souris modèle d’hépatite alcoolique : ils constatent que ces bactériophages, en éliminant E. faecalis, permettent de réduire les niveaux de cytolysine dans le foie et de supprimer la maladie induite par l’excès d’alcool.

 

 

Vers une thérapie phagique et un test diagnostique : ainsi, l’étude associe clairement E. faecalis cytolytique avec des résultats cliniques plus sévères et une mortalité accrue chez les patients atteints d'hépatite alcoolique. Mais, elle montre que les bactériophages peuvent cibler spécifiquement E. faecalis et contribuer à rétablir un microbiote intestinal sain : « Nous avons non seulement associé une toxine bactérienne associés aux mauvais résultats cliniques chez les patients atteints de maladie alcoolique du foie, mais également trouvé le moyen d’arrêter ce processus en restaurant par les phages, un microbiote intestinal sain », résume l’auteur principal, le Dr Bernd Schnabl, professeur de médecine et de gastroentérologie à l’Université de San Diego.

 

Un essai clinique sur une cohorte plus large doit encore valider la pertinence de ces résultats chez l'Homme et l’efficacité de cette approche thérapeutique phagique chez les patients atteints d'hépatite alcoolique.

Enfin, la détection du gène de la cytolysine dans les selles de patients atteints d'hépatite alcoolique pourrait constituer un très bon biomarqueur de la sévérité de la maladie du foie et du risque de décès.

Autres actualités sur le même thème