Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MALADIE CARDIAQUE : ATIC, une nouvelle cible pour la prévenir

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 5 jours
Circulation
 « Juste après que » le cholestérol et les graisses commencent à se déposer sur la paroi des vaisseaux sanguins qui alimentent le cœur, les cellules musculaires lisses qui donnent aux vaisseaux sanguins force et flexibilité commencent à grossir et à se multiplier (Visuel Adobe Stock 404188416)

C’est une nouvelle cible dans la lutte contre les maladies cardiaques, documentée par cette équipe de cardiologues et de biologistes du Medical College of Georgia (MCG) de l’Augusta University : « Juste après que » le cholestérol et les graisses aient commencé à se déposer sur la paroi des vaisseaux sanguins qui alimentent le cœur, les cellules musculaires lisses qui donnent aux vaisseaux sanguins force et flexibilité commencent à grossir et à se multiplier. Le comportement atypique de ces cellules pourrait contribuer à la maladie coronarienne, soulignent les scientifiques, dans la revue Circulation de l’American Heart Association.  

 

Ainsi, dans une sorte de cercle vicieux, les stents ainsi que les pontages utilisés pour traiter la maladie coronarienne pourraient également favoriser cette même réponse nocive des cellules endothéliales. Les cellules qui tapissent nos vaisseaux sanguins sont en communication constante avec les couches de cellules musculaires lisses qui les enveloppent et jouent un rôle clé dans la régulation de notre tension artérielle, rappelle ainsi l’auteur principal, le Dr Yuqing Huo, également directeur du programme d'inflammation vasculaire au Centre de biologie vasculaire du MCG.

Les cellules endothéliales et musculaires lisses grossissent de façon exponentielle et commencent à proliférer

Lorsque nous sommes en bonne santé, les 2 types de cellules, cellules endothéliales et cellules musculaires lisses partagent des données de régulation de la dilatation de nos vaisseaux sanguins. Par exemple, ces cellules signalent qu’il est temps de dilater un peu nos vaisseaux sanguins lorsque nous faisons de l’exercice. Cependant, cette communication est modifiée avec le développement de la maladie vasculaire.

 

En cas de dysfonctionnement, les cellules reçoivent un message qui leur signale un problème et les cellules grossissent de façon exponentielle et commencent à proliférer, probablement dans le but de faire plus de place à la circulation sanguine, alors que le cholestérol et les triglycérides rétrécissent le passage existant. Le résultat de cette réponse des cellules endothéliales et musculaires lisses est donc, au contraire du but poursuivi, un rétrécissement du passage vital pour le sang et une aggravation de la maladie.

 

Quel processus sous-jacent ? Les chercheurs savaient que la croissance de cellules plus nombreuses et plus grosses nécessite plus d'ADN, donc plus de purines, l'un des deux composés chimiques du corps utilisés pour fabriquer les éléments constitutifs de l'ADN, dans ce cas l'adénine et la guanine. Mais comment ces cellules produisent plus de purine lorsqu'elles sont confrontées à une maladie artérielle ? Il existe 2 processus fondamentaux qui permettent aux cellules de produire de la purine : l'une consiste à la fabriquer à partir de rien, appelée synthèse de novo, et l'autre est le recyclage.

 

  • Une synthèse de purine de novo consommant plus d'énergie est augmentée dans ce scénario, révèle l’étude du tissu cicatriciel et de la plaque à l'intérieur des vaisseaux sanguins de souris puis de patients humains ;
  • l’expression du gène ATIC, essentiel à la production de purine, est également accrue ;
  • la suppression du gène ATIC à l'échelle du corps ainsi que plus localement dans les cellules musculaires lisses vasculaires, inhibe la production de purine, réduit la production d'ADN et d'ARN, et supprime la prolifération des cellules musculaires lisses ;
  • la réduction du gène ATIC induit une diminution du tissu cicatriciel chez les animaux d'athérosclérose et rétrécissement des vaisseaux sanguins, y compris de leur accumulation à l'intérieur des stents eux-mêmes, ce qui peut se produire après l'angioplastie.

 

Une nouvelle cible : en d’autres termes, en éliminant l’un des facteurs constitutifs de l'ADN, les vaisseaux sanguins sont préservés : la production de purine joue donc un rôle clé dans la prolifération des cellules musculaires lisses et ATIC est désigné comme une cible thérapeutique prometteuse.

Les chercheurs suggèrent ainsi qu’un inhibiteur de l'ATIC fonctionnerait mieux au début du processus de la maladie lorsqu'un test de stress anormal indique que le cholestérol et les graisses dans le sang commencent à se déposer dans les vaisseaux sanguins.

 

Il reste à développer et à tester un tel inhibiteur, une nouvelle option prometteuse pour lutter contre les maladies cardiaques, qui constituent la principale cause de décès dans le monde. De nouveaux inhibiteurs de l'ATIC sont déjà en cours de test contre le cancer, mais ne semblent pas suffisamment puissants et/ou spécifiques pour agir sur les cellules musculaires lisses vasculaires.

Autres actualités sur le même thème