Vous recherchez une actualité
Actualités

MALADIE CARDIOVASCULAIRE : Un meilleur marqueur de risque précoce

Actualité publiée il y a 4 mois 3 semaines 22 heures
PLoS Medicine
Les 2 protéines, apoB et apoA-1, qui transportent les particules de cholestérol dans le sang, et notamment leur ratio, apportent des données plus précoces et plus fiables (Visuel Adobe Stock 293953008)

C’est une nouvelle façon d'identifier le risque précoce de maladie cardiovasculaire que nous propose cette équipe de biologistes et de cardiologues de l’Institut Karolinska (Suède). Alors que le risque de maladie cardiovasculaire est fortement associé au « mauvais » cholestérol LDL, cette large étude publiée dans la revue PLoS Medicine révèle que les 2 protéines, apoB et apoA-1, qui transportent les particules de cholestérol dans le sang, et plus particulièremernt leur ratio, apportent des données plus précoces et plus fiables. Les auteurs préconisent ainsi de nouvelles lignes directrices pour la détection du risque cardiaque avec l’objectif d’un traitement plus précoce, qui permettrait de réduire les taux de morbidité et de mortalité.

 

L’auteur principal, le Dr Göran Walldius, professeur émérite au Karolinska Institutet rappelle que les maladies cardiovasculaires sont la cause de décès la plus fréquente dans le monde et comprennent un large éventail d'affections et d’événements dont l’AVC, l’infarctus du myocarde ou encore l’athérosclérose. Pourtant, dans de nombreux cas, la maladie pourrait être prévenue par des changements de mode de vie et des traitements hypolipémiants dont les statines.

Une détection souvent trop tardive ?

LDL et apoB : les marqueurs généralement utilisés pour détecter un risque cardiaque élevé sont des valeurs de référence du « mauvais » cholestérol LDL. Dans certaines conditions médicales, d'autres types de particules de graisse sont également mesurés, les apolipoprotéines, qui transportent le cholestérol dans le sang. Les directives internationales sur les maladies cardiovasculaires recommandent d'utiliser l'apolipoprotéine apoB, qui transporte le « mauvais » cholestérol, comme marqueur de risque alternatif pour les personnes atteintes de diabète de type 2, de surpoids (IMC élevé) et de taux de lipides sanguins très élevés.

 

Et apoA-1 ? De récentes recherches ont indiqué l'importance de prendre également en compte l'apolipoprotéine apoA-1, qui transporte le « bon » cholestérol HDL protecteur et anti-inflammatoire. Le ratio apoB/apoA-1 reflète ainsi l'équilibre entre les « mauvaises » particules de graisse qui entraînent le développement de l'athérosclérose et les particules protectrices d'apoA-1 qui arrêtent le processus.

 

Le lien entre les maladies cardiovasculaires et le ratio apoB/apoA-1 : les chercheurs ont étudié ce lien chez plus de 137.000 participants, hommes et femmes, âgés de 25 à 84 ans, suivis pendant 30 ans.

 

  • Au cours du suivi, 22.000 événements cardiovasculaires ont été enregistrés ;
  • plus la valeur apoB/apoA-1 est élevée, plus le risque d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral et de chirurgie coronarienne est également élevé ;
  • enfin, le risque était amplifié en présence de faibles niveaux protecteurs d'apoA-1 ;
  • précisément, les valeurs d'apoB/apoA-1 les plus élevées sont associées à un risque accru de 70 % de maladie cardiovasculaire sévère, à un risque multiplié par 3 d'infarctus du myocarde non mortel vs les valeurs d'apoB/apoA-1 les plus faibles ;
  • les ratios de risque les plus élevés sont également associés à une plus grande précocité des événements cardiovasculaires ; ainsi, ces ratios élevés ont été détectés dès 20 ans avant le début de la maladie cardiovasculaire.

 

La méthode d'analyse est donc simple, peu coûteuse et plus précise et ne nécessite pas d’être à jeun, comme c'est le cas pour les tests LDL et HDL. Elle pourrait permettre un traitement préventif précoce et des conseils au patient pour réduire son risque cardiovasculaire.

 

En conclusion, le ratio apoB/apoA-1 apparaît un meilleur marqueur pour identifier les personnes à risque de maladie cardiovasculaire (notamment vs apoB seul).

 

« Le ratio apoB/apoA-1 devrait donc être intégré comme marqueur majeur dans de nouvelles directives sur la détection et le traitement de la dyslipidémie ».

Autres actualités sur le même thème