Vous recherchez une actualité
Actualités

MALADIE PSORIASIQUE: 2 biomarqueurs prédisent le risque cardiovasculaire

Actualité publiée il y a 3 semaines 2 jours 13 heures
Arthritis and Rheumatology
Les patients atteints de maladie psoriasique sont à risque plus élevé de maladie cardiovasculaire (Visuel Adobe Stock 121235153)

Les patients atteints de maladie psoriasique sont à risque plus élevé de maladie cardiovasculaire. En révélant que les taux sanguins de 2 marqueurs permettent d’évaluer la santé cardiaque de ces patients atteints d'affections cutanées, en particulier de psoriasis et d'arthrite psoriasique, cette équipe de biologistes et de rhumatologues de l’Université de Toronto, apportent dans la revue Arthritis & Rheumatology un nouvel et précieux outil de suivi pour ce groupe de patients à risque cardiovasculaire élevé.

 

Des recherches supplémentaires doivent donc valider le potentiel clinique de la mesure de ces 2 marqueurs, soit les niveaux sanguins de cTnI et de NT-proBNP, dans l’évaluation de la santé cardiaque voire la détection du risque cardiaque chez les patients atteints de maladie psoriasique.

 

L’étude, menée auprès de 1.000 adultes atteints de maladie psoriasique révèle chez ces patients des taux sanguins élevés de ces 2 indicateurs de la santé cardiovasculaire :

 

  1. la troponine I « cardiaque à haute sensibilité » (cTnI) : la Troponine-I, comme la Troponine T, est un marqueur sensible de souffrance myocardique bien documenté dans le diagnostic de la maladie coronarienne et du risque d’infarctus du myocarde ;
  2. le peptide natriurétique de type NT- proBNP, un précurseur du BNP (ou Brain Natriuretic peptide), un peptide sécrété quasi exclusivement par les myocytes ventriculaires chez les personnes en bonne santé comme chez les patients insuffisants cardiaques (niveaux plus élevés).  

Ces 2 marqueurs sont associés chez ces patients à des risques plus élevés de troubles cardiovasculaires,

indépendamment des facteurs de risque traditionnels ou facteurs de confusion possibles, dont l'hypertension et l'hypercholestérolémie.

L’étude apporte ainsi de nouvelles données sur la physiopathologie des maladies cardiovasculaires dans le psoriasis et le rhumatisme psoriasique.

 

Cependant, précisent les chercheurs canadiens, dans l’attente d’études de confirmation, il n'est pas recommandé d’effectuer ces tests pour la stratification du risque des patients "cardiologiquement" asymptomatiques, atteints de maladie psoriasique.

 

Autres actualités sur le même thème