Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉDECINE RÉGÉNÉRATIVE : Les resvéralogues inversent la sénescence cellulaire !

Actualité publiée il y a 3 années 3 semaines 2 jours
BMC Cell Biology
Au cœur de ce process de rajeinissement cellulaire, on retrouve un dérivé du resvératrol, cet antioxydant déjà très documenté pour ses effets anti-âge

C’est une découverte révolutionnaire sur le vieillissement que cette méthode de chercheurs de l’Université d'Exeter qui parviennent à rajeunir de « vieilles » cellules humaines en réactivant une classe de gènes qui se désactivent avec le vieillissement. Au cœur de ce process, on retrouve un dérivé du resvératrol, cet antioxydant déjà très documenté pour ses effets anti-âge en particulier par la voie SIRT1, une sirtuine également documentée comme une protéine de la longévité. Des données surprenantes, présentées dans la revue BMC Cell Biology qui proposent une nouvelle méthode de jouvence : l'utilisation de composés chimiques pour cibler la grande classe de gènes qui s’éteignent au fur et à mesure que nous vieillissons et restaurer la fonction des cellules sénescentes.

 

En vieillissant, nos tissus accumulent des cellules sénescentes qui sont vivantes mais qui ne se développent et ne se divisent plus ou ne fonctionnent pas normalement. Ces vieilles cellules perdent la capacité de réguler correctement la production de leurs gènes. C'est l'une des raisons pour lesquelles les tissus et les organes deviennent sensibles à la maladie en vieillissant. Une classe de gènes spécifiques délivre normalement des instructions pour que la cellule se comporte normalement, mais, avec le temps, ces facteurs d'épissage essentiels pour que les gènes puissent remplir toutes leurs fonctions s’éteignent. En s’éteignant, ils limitent la capacité des cellules à répondre aux défis de leur environnement. Ainsi, les cellules sénescentes présentent moins de facteurs d'épissage.

 

Le Pr Lorna Harries, professeur de génétique moléculaire à l'Université d'Exeter et son équipe apportent ici une preuve de concept de cette nouvelle façon de rajeunir les cellules sénescentes inactives. Car dans les heures qui suivent le traitement, les cellules les plus âgées commencent à se diviser et reprennent des télomères plus longs, ces capuchons des chromosomes qui se raccourcissent avec l'âge. Il est vrai que l’équipe avait déjà montré qu'une classe de gènes appelés « facteurs d'épissage » sont progressivement désactivés à mesure que nous vieillissons. L’équipe d’Exeter montre aujourd’hui, avec des collègues de Brighton que les facteurs d'épissage peuvent être réactivés avec certains composés chimiques, rendant ainsi les cellules sénescentes « physiquement » plus jeunes.

 

Les analogues du resvératrol, les resvéralogues, sont au cœur de cette prouesse : appliqué à des cellules en culture, ces composés parviennent à réactiver les facteurs d'épissage désactivés avec l’âge. En quelques heures, les cellules semblent physiquement plus jeunes, commencent à rajeunir en se comportant comme de jeunes cellules et reprennent leur processus de division. Le Dr Eva Latorre, chercheur associé à l'Université d'Exeter se dit surprise par l'ampleur et la rapidité des changements cellulaires : « Quand j'ai vu rajeunir certaines cellules dans le bol de laboratoire, je n’en croyais pas mes yeux, ces vieilles cellules ressemblaient à de jeunes cellules, c'était comme de la magie ». Les expériences ont été répétées plusieurs fois et dans chaque cas, les cellules ont rajeuni.

 

Certes, ce n’est pas la promesse d’une vie éternelle mais certainement une grande étape dans le vieillir mieux, en bonne santé, et sans certains des effets dégénératifs. Pour le Pr Harris, « c'est une première étape pour essayer de faire vivre les gens en bonne santé toute leur vie. Cela démontre que lorsque vous traitez de vieilles cellules avec des molécules qui rétablissent les niveaux des facteurs d'épissage, les cellules retrouvent certaines caractéristiques de leur jeunesse ».

 

De premières données prometteuses qui appellent à d’autres recherches encore pour établir le vrai potentiel de cette nouvelle approche contre les effets dégénératifs du vieillissement et pour l’amélioration de la vie des personnes âgées.

Autres actualités sur le même thème