Vous recherchez une actualité
Actualités

MÉDICAMENT : La smartwatch qui veille à la bonne dose au bon moment

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 2 semaines
PNAS
Cette « smartwatch » est capable de suivre dans la sueur les niveaux de médicaments et apporte ainsi une aide précieuse pour personnaliser le traitement (Visuel Jialun Zhu, Shuyu Lin et Yichao Zhao (I²BL / UCLA)

Cette « smartwatch » est capable de suivre dans la sueur les niveaux de médicaments et apporte ainsi une aide précieuse pour personnaliser le traitement. Choisir le bon médicament à la bonne dose pour le bon patient, c’est la promesse de cette équipe de l’Université de Californie - Los Angeles (UCLA) avec ce dispositif documenté dans les Actes de l’Académie des Sciences américaine.

 

Les ingénieurs de l’UCLA Samueli School of Engineering avec des collègues de la Stanford School of Medicine démontrent que les niveaux de médicaments circulants à l'intérieur du corps peuvent être suivis en temps réel à l'aide d’une simple montre intelligente qui analyse les composés chimiques présents dans la sueur. Cette technologie portable pourrait être incorporée dans une approche de médecine mieux personnalisée où la délivrance et le dosage du médicament sont adaptés à chaque patient.

Opter pour le bon médicament à la bonne dose pour le bon patient

En général, les médicaments sont prescrits selon une approche standard : les médicaments sont conçus et prescrits en fonction de moyennes statistiques de leur efficacité et leur dosage est précisé sur la notice en fonction du poids et de l'âge des patients. Mais en plus de ces facteurs de base, il y a la chimie de notre corps qui évolue constamment, en particulier en fonction de nos activités et de notre alimentation. Enfin, chaque individu est unique au plan génétique et, par conséquent, les réponses aux médicaments sont variables. Cette singularité génétique affecte la vitesse d’absorption, d’action et d’élimination des médicaments (pharmacocinétique).

 

Quelles sont les méthodes de dosage actuelles ? Aujourd’hui, personnaliser le dosage du médicament passe par des prises de sang répétées dont l’analyse va permettre d’estimer les niveaux de principe actif circulant. Ces solutions sont peu pratiques, longues, invasives et coûteuses. C'est pourquoi de telles analyses ne sont pratiquées qu’à l’occasion du suivi de traitements bien spécifiques, sur un petit sous-ensemble de patients et finalement, en de rares occasions.

 

Une technologie portable, continue et non invasive : c’est l’objectif de l’auteur principal, Sam Emaminejad, professeur de génie électrique et informatique à l'UCLA et de son équipe : « Ainsi, nous pouvons adapter le dosage optimal et le moment de la prise pour chaque patient. Et en utilisant cette approche personnalisée, nous pouvons améliorer l'efficacité du traitement et limiter le risque d’effets indésirables ».

 

La sueur, un fluide d’analyse idéal : en raison de leur petite taille moléculaire, de nombreux types de médicaments finissent dans la sueur, où leurs concentrations reflètent étroitement les niveaux de médicaments circulants. La montre intelligente, équipée d'un capteur analyse les minuscules gouttelettes de sueur. La preuve de concept est ici apportée avec le médicament acétaminophène, un analgésique courant en vente libre, et chez des participants durant une période de quelques heures. Et comme les différents médicaments ont chacun leur propre signature électrochimique, le capteur peut être conçu pour rechercher le niveau d'un médicament particulier à un moment donné.

La technologie change la donne et marque une grande étape vers la médecine personnalisée.

Ronald W. Davis, professeur de biochimie et de génétique à Stanford et co-auteur de l’étude explique que les solutions pharmacogénomiques émergentes, permettent déjà de sélectionner les médicaments en fonction de la constitution génétique des individus et se révèlent ainsi utiles pour améliorer l'efficacité des traitements. Ce dispositif portable permettra d’optimiser encore les dosages de médicaments pour chaque patient et personnaliser les pharmacothérapies.

 

La smartwatch apporte en effet une capacité à détecter avec précision le signal électrochimique unique d'un médicament (ou d'un biomarqueur), dans le contexte de signaux provenant de nombreuses autres molécules qui peuvent circuler dans le corps et à des concentrations plus élevées que le médicament. Un point particulièrement important pour les personnes âgées, qui suivent des traitements multiples et prolongés.

Autres actualités sur le même thème