Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

MÉNOPAUSE, CANCER de la PROSTATE… vieillissement normal ou maladies ?

Actualité publiée il y a 1 année 3 mois 3 semaines
Aging
« Si toutes ces conditions liées à l’âge sont bien des maladies, le vieillissement lui-même peut être appréhendé et traité, à travers le développement et le traitement de toutes ces maladies quasi-programmées » (Visuel Fotolia 99746412)

Cette revue de la littérature sur le vieillissement et « ses inévitables comorbidités » menée par une équipe du Roswell Park Comprehensive Cancer Center (Buffalo, NY)et publiée dans la revue Aging,  aboutit à une nouvelle perspective quasi philosophique : « Si toutes ces conditions liées à l’âge sont bien des maladies, le vieillissement lui-même peut être appréhendé et traité, à travers le développement et le traitement de toutes ces maladies quasi-programmées ».

 

Dans cette nouvelle analyse de perspective, l’un des auteurs principaux, le Dr Mikhail (Misha) Blagosklonny explique : « Il ne fait aucun doute que le cancer de la prostate est une maladie. Ensuite, selon la théorie de l'hyperfonctionnement, la ménopause est aussi une maladie. Comme toutes les maladies liées à l'âge, il s'agit d'un processus naturel, mais il est aussi purement nocif, sans but et involontaire par nature ». Mais précisément parce que ces maladies (ménopause, hypertrophie de la prostate, obésité, athérosclérose, hypertension, diabète, presbytie et des milliers d'autres) sont partiellement quasi-programmées avec l’âge, elles peuvent aussi être retardées en ralentissant le vieillissement.

Le vieillissement est-il une maladie ?

Le vieillissement devrait être pris en compte, en particulier par les cliniciens, comme une maladie quasi-programmée et traitable. Les chercheurs citent ici un traitement possible, la rapamycine. Cependant, le vieillissement est aussi un concept plus abstrait que clinique- qui peut être caractérisé par une somme de maladies et de processus quasi programmés.

 

Les maladies liées à l'âge sont quasi-programmées et comme elles caractérisent le vieillissement et finissent par toucher tout le monde, par conséquent, personne n'est immortel. Ces maladies touchent tout le monde parce qu'elles sont quasi-programmés dans le développement, une continuation des programmes de croissance et de reproduction. Des facteurs externes (environnementaux) et des prédispositions génétiques jouent également un rôle, faisant que certaines maladies liées à l'âge se manifestent à des moments différents. Quelques exemples :

 

  • l'hypertension est une poursuite de l'augmentation de la pression artérielle du développement du nouveau-né (pression artérielle 64/41 mmHg) à l’âge l'adulte. L'hypertension pourrait ainsi être considérée comme un programme évolutif. On sait une croissance postnatale accélérée entraîne une pression artérielle plus élevée plus tard dans la vie. Cependant, des facteurs externes ou environnementaux, tels que l'alcool et le tabagisme peuvent accélérer le développement de l'hypertension ;
  • les cancers sont les maladies « les moins quasi-programmées » de toutes les maladies liées à l’âge, en raison du rôle critique des facteurs externes (par exemple, le tabagisme) qui provoquent des mutations et de la susceptibilité génétique ou héréditaire. Dans hypertrophie de la prostate en comparaison, les facteurs environnementaux et génétiques jouent un rôle moindre, et la prostate devient hyperplasique et hypertrophique chez tous les hommes ;
  • les auteurs soulignent ainsi que si les maladies liées à l’âge sont quasi-programmées, des facteurs externes et des variations génétiques peuvent accélérer leur apparition et aggraver leurs symptômes. Au point que chez l'Homme, le rôle des facteurs externes et la variabilité génétique peuvent occulter dans certains cas, le caractère quasi programmé des maladies. Mais chez des organismes de type C. elegans, génétiquement identiques dans des conditions identiques, les maladies liées à l'âge sont clairement quasi-programmées.

 

Les maladies liées à l'âge sont hyperfonctionnelles ou entraînées par des hyperfonctions à différents niveaux, expliquent les auteurs, au niveau des voies de transduction du signal, des cellules et des tissus, des systèmes et des organes. Ces hyperfonctions finissent par endommager les tissus et les organes, entraînant une perte de fonction. Par exemple, mTOR entraîne la croissance cellulaire, mais lorsque le cycle cellulaire est bloqué et que mTOR s’exprime toujours, il entraîne la sénescence et l’inflammation. Et ces « hyperfonctions » cellulaires sont « tissu-spécifiques », expliquent les auteurs. L'hyperfonctionnement cellulaire conduit inévitablement aux maladies liées à l'âge, puis à une défaillance d'organe et à un déclin fonctionnel secondaire. Par exemple, les cellules hyperfonctionnelles favorisent l'athérosclérose, l'hypertension, les spasmes artériels, la thrombose, aboutissant à un infarctus du myocarde, qui, à son tour, entraîne une perte de fonction voire le décès.

 

  • Les phases hyperfonctionnelles des pré-maladies sont souvent asymptomatiques, alors que leurs conséquences – perte de fonction – sont toujours symptomatiques.

 

Alors, finalement le vieillissement est-il une maladie ? Selon les idées reçues, le vieillissement est un facteur de risque de développer une maladie, il peut être sain et « alors être considéré comme n'étant pas une maladie et alors ne doit pas être traité ». Les chercheurs concluent que, comme les maladies quasi-programmées qui les caractérisent, le vieillissement est une continuation naturelle de programmes de développement qui n'ont pas été interrompus à leur terme.

« Le vieillissement par rapport à la maladie est une fausse dichotomie ».

Le vieillissement peut être assimilé à une maladie évolutive avec un taux de mortalité de 100 %. Elle peut être traitée (comme une maladie) avec de la rapamycine, par exemple. Maladie ou non, le vieillissement est aussi traitable qu'une maladie. Cependant, le vieillissement n'est pas une maladie spécifique, mais la somme de toutes les maladies liées à l'âge. C'est donc une forme de syndrome pathologique complexe. On peut l'appeler syndrome de vieillissement.

 

Les traitements qui préviennent les maladies liées à l'âge préviennent partiellement le vieillissement et vice versa.

Autres actualités sur le même thème