Vous recherchez une actualité
Actualités

MIGRAINE chronique : Elle vient parfois de la mâchoire

Actualité publiée il y a 1 année 9 mois 3 semaines
Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics
15% de la population générale souffrent de migraine, 100% des migraineux sévères souffrent de trouble temporomandibulaires

15% de la population générale souffrent de migraine, 100% des migraineux sévères souffrent de trouble temporomandibulaire. La sévérité de la migraine chronique associée au trouble de l'articulation temporo-mandibulaire, l’articulation située à la jonction des mâchoires supérieure et inférieure, c’est la confirmation de cette étude brésilienne qui révèle que les patients atteints de migraine chronique sont 3 fois plus susceptibles de souffrir de ce dysfonctionnement articulaire. Cette toute première recherche à préciser la fréquence et la sévérité des crises de migraine en rapport avec les désordres temporomandibulaires (DTM), présentée dans le Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, engage à la détection de ces troubles chez les patients migraineux.

 

L'articulation temporo-mandibulaire agit comme une charnière coulissante reliant la mâchoire au crâne et les symptômes du désordre incluent une difficulté à mâcher et une tension articulaire au niveau de la tempe. De précédentes études ont suggéré l’association entre la migraine et la douleur dans les muscles des mâchoires.

 

Cette étude menée chez 84 femmes jeunes dont 21 atteintes de migraine chronique, 32 de migraine épisodique et 32 sans antécédents de migraine montre que :

les patientes souffrant de migraine chronique, c'est-à-dire de crises au moins 1 jour sur 2, sont 3 fois plus susceptibles de signaler des symptômes plus sévères de désordres temporomandibulaires.

Des signes et des symptômes de DTM sont observés chez

  • 54% des participantes sans migraine,
  • 80% des participantes atteintes de migraine épisodique,
  • 100% des participantes atteintes de migraine chronique.

 

 

100% des participantes atteintes de migraine chronique présentent des signes/symptômes de désordres temporomandibulaires. Une sensibilité centrale pourrait expliquer l'association entre la fréquence des crises de migraine et la gravité des DTM. La répétition des crises de migraine peut augmenter la sensibilité à la douleur. Selon les auteurs, c’est à la fois la migraine qui agit comme un facteur qui prédispose les patients au DTM et les DTM qui sont facteur de migraine tel un agent nociceptif continu qui va exacerber une sensibilité nerveuse centrale.

 

Migraine et DTM, des mécanismes pathologiques très similaires : La prévalence de la migraine est estimée à 15% en population générale et sa progression vers la forme chronique intervient chez environ 2,5% des migraineux. Comme la migraine, les DTM sont liés au stress – tout autant qu’à la tension musculaire. Les 2 conditions ont également des symptômes communs, des symptômes articulaires bien sûr, musculaires aussi, mais aussi la fatigue et / ou des douleurs au visage et au cou. DTM et migraine sont des comorbidités. Enfin, les patients atteints de migraine sévère sont plus susceptibles d'avoir des signes et des symptômes de DTM, mais l'inverse n'est pas vrai. Il existe des cas de DTM sévère exempts de migraine…

Autres actualités sur le même thème