Vous recherchez une actualité
Actualités

MIGRAINES : La puberté, un déclencheur précoce

Actualité publiée il y a 2 mois 3 semaines 2 jours
American Headache Society Annual Scientific Meeting
La toute première exposition à l'œstrogène pourrait être le point de départ de la migraine chez certaines adolescentes.

Les chercheurs de Cincinnati appellent ce phénomène « le Big Bang de la migraine » :  leur étude suggère en effet que la toute première exposition à l'œstrogène pourrait être le point de départ de la migraine chez certaines adolescentes. Aussi, les adolescentes qui atteignent la puberté à un âge plus précoce pourraient également avoir plus de risques de développer des migraines, selon ces données présentées au Congrès annuel de l’American Headache Society.

 

La prévalence de la migraine est identique chez les filles et les garçons jusqu'à la puberté, et, précisément chez les filles, jusqu’à ce que les règles commencent, résume l’auteur principal, le Dr Vincent Martin, professeur de médecine interne générale et directeur du centre des maux de tête de l'Université Gardner : « Lorsque les règles commencent chez les filles, la prévalence augmente considérablement, mais ce que nos données suggèrent, c'est que cela se produit même avant cela ».

L’incidence de la migraine chez les filles, associée à une puberté, en particulier plus précoce

Environ 10% des enfants d’âge scolaire souffrent de migraine. À l’approche de l’adolescence, l’incidence de la migraine augmente rapidement chez les filles et, à 17 ans, environ 8% des garçons et 23% des filles ont déjà souffert de migraine.

Cette étude longitudinale a été menée auprès de 761 adolescentes âgées de 10 ans à l’inclusion et suivies sur une période de 10 ans à compter de 2004. Les participantes ont passé des examens médicaux tous les 6 à 12 mois et renseigné par questionnaire l’incidence de maux de tête à un âge moyen de 16 ans.

  • 85 participantes (11%) ont reçu un diagnostic de migraine ;
  • 53 (7%) de migraine probable ;
  • 623 (82%) ont été considérées comme ne souffrant pas de migraine.

 

 

L’analyse montre une incidence accrue de la migraine associée à une puberté plus précoce. Or de précédentes études suggèrent que la migraine commence souvent lors les premières règles chez les adolescentes. Selon les chercheurs, la toute première exposition à l'œstrogène pourrait être le point de départ de la migraine chez ces adolescentes.

La puberté précoce a également été associée à certains problèmes de santé, plus tard dans la vie mais est-il possible de la prévenir ?

Des études suggèrent que l'obésité chez les enfants est associée à la puberté précoce.

Veiller à un poids de santé pourrait empêcher l'apparition précoce de la puberté. Mais il reste également à vérifier que cela réduirait entre autres risques, celui de développer la migraine.

Autres actualités sur le même thème