Actualités

OBÉSITÉ : Des cétones pour booster la cognition

Actualité publiée il y a 11 mois 4 jours 1 heure
The Journal of Physiology
Une supplémentation à base de cétones, pourrait être une nouvelle option thérapeutique pour stimuler la fonction cérébrale en cas d'obésité (Visuel Adobe Stock 336763354)

Une supplémentation à base de cétones, pourrait être une nouvelle option thérapeutique pour stimuler la fonction cérébrale en cas d'obésité. C’est la conclusion de cette recherche de l'Université de la Colombie-Britannique, publiée dans The Journal of Physiology, qui révèle que ce type de suppléments, pris 3 fois par jour pendant 14 jours permet d’améliorer le flux sanguin vers le cerveau et de cette manière contribue à booster certaines fonctions cognitives, comme la mémoire de travail et la vitesse de traitement, chez des adultes atteints d’obésité.

 

Pourquoi chercher à booster la cognition des personnes atteintes d’obésité ? L’obésité a déjà été associée à un risque accru de troubles cognitifs et de maladies neurodégénératives. Ces suppléments à base d’acide β-hydroxybutyrique ou bêta-hydroxybutyrate, un corps cétonique sans danger pour la consommation humaine avaient déjà été étudiés pour booster la performance physique. Ces agents cétoniques qui se forment également naturellement dans le corps lorsque l’organisme commence à brûler des graisses au lieu de sucres.

Les cétones bénéfiques à l'activité cérébrale, neuronale et congnitive

Avec cet essai croisé randomisé contrôlé par placebo, les chercheurs confirment que les suppléments à base de cétones peuvent constituer une nouvelle stratégie thérapeutique pour protéger et améliorer la santé cérébrale des personnes obèses, à risque plus élevé de troubles neurocognitifs. Les participants obèses se sont portés volontaires pour consommer soit un supplément de cétones, soit un supplément placebo 3 fois par jour, 15 minutes avant chaque repas (petit-déjeuner, déjeuner et dîner). Les participants ont été assignés au hasard à prendre le supplément ou le placebo pendant la première période de 14 jours, puis sont passés à l'autre scenario pendant 14 autres jours. Les chercheurs ont donc fourni aux participants tous les repas et collations pour les 2 périodes d'intervention de 14 jours. La fonction cognitive des participants a été évaluée à l'aide de tests validés et le flux sanguin cérébral par échographie duplex des artères carotidiennes. Des prélèvements sanguins ont également permis de mesurer les hormones impliquées dans l’activité cérébrale, le développement neuronal et l’amélioration des fonctions cognitives. L’analyse confirme :

 

  • un effet positif de la supplémentation sur ces 3 fonctions.

 

Une validation reste nécessaire auprès d'un plus grand groupe de personnes, écrivent les chercheurs, "mais nous espérons déjà que ces suppléments pourront être utilisés pour améliorer la santé cérébrale des personnes souffrant d'obésité".

Autres actualités sur le même thème