Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

OBÉSITÉ et CANCER : L’inflammation systémique fait muter aussi les cellules du sang

Actualité publiée il y a 10 mois 2 semaines 18 heures
Journal of Clinical Investigation
L'hématopoïèse clonale de signification indéterminée (CHIP : clonal hematopoiesis of indeterminate potential) est une maladie du sang susceptible d'accroître le risque de cancer du sang (Visuel Adobe Stock 230517428)

Ces chercheurs de l'Université de l'Indiana (UI), qui étudient l'hématopoïèse clonale de signification indéterminée (CHIP : clonal hematopoiesis of indeterminate potential), une maladie du sang susceptible d'accroître le risque de cancer du sang, viennent ainsi de mettre à jour une association entre l'obésité et le cancer du sang. En d’autres termes, CHIP est fortement associée à l’obésité. Les conclusions, publiées dans le Journal of Clinical Investigation, illustrent à nouveau comment l'obésité provoque une inflammation systémique, et, dans ce cas, modifie la moelle osseuse où les cellules sanguines sont fabriquées.

 

CHIP est caractérisée par une accumulation de mutations génétiques par les cellules sanguines ou hématopoïétiques, ce qui augmente naturellement le risque de cancer du sang. Bien que la condition « CHIP » soit relativement courante avec le vieillissement, ses facteurs de risque restent mal compris. L’auteur principal, le Dr Santhosh Pasupuleti, PhD, professeur de pédiatrie au Herman B Wells Center for Pediatric Research et chercheur à l'IU résume ainsi les résultats de l’étude : « le surpoids ou l'obésité peuvent être des facteurs de risque de CHIP car l'obésité modifie la moelle osseuse où les cellules sanguines sont fabriquées. Cela augmente le risque de cancer du sang mais également de maladie cardiovasculaire ».

De nouveaux repositionnements de médicaments possibles contre CHIP

L’étude analyse les données de plus de 47.000 participants atteints de CHIP et constate que :

 

  • 5,8 % des participants présentant CHIP présentent une augmentation significative du rapport taille/hanches ;
  • chez l’animal : des souris modèles d’obésité et de CHIP ont des cellules sanguines mutées qui se développent plus rapidement.

 

La conclusion est simple : maintenir un poids santé ce qui permet de contrôler le niveau d'inflammation systémique peut réduire le risque de développer un cancer du sang avec l'âge. Alors que les stratégies thérapeutiques se concentrent sur le moyen de freiner la croissance rapide des cellules sanguines mutées, les médicaments couramment utilisés pour traiter la tension artérielle et le diabète qui pourraient jouer ce rôle pourraient par repositionnement constituer des traitements prometteurs pour prévenir ce risque chez les patients obèses.

 

D'autres études vont donc suivre des cohortes de patients qui prennent ces médicaments et leurs risques à long terme de développer un cancer du sang.

 

Mais d’ores et déjà, ces premiers résultats qui participent à la compréhension de la relation entre CHIP et l'obésité peuvent permettre d’être plus vigilant et aider à identifier les personnes à risque de développer des maladies comme la leucémie.

Plus sur le Blog Cancer
Plus sur le Blog Obésité

Autres actualités sur le même thème