Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

OBÉSITÉ et COGNITION : Un gros doute sur leur association

Actualité publiée il y a 10 mois 5 jours 1 heure
PLoS Medicine
Cette étude jette un doute sur le lien de causalité entre les capacités cognitives et l'obésité et vice versa (Visuel Adobe Stock 383453667)

Cette étude jette un doute sur le lien de causalité entre les capacités cognitives et l'obésité et vice versa, un lien pourtant suggéré par de nombreuses études. L’équipe de l’University College London (UCL) explique, dans la revue PLoS Medicine, comment ces associations maintes fois démontrées, pourraient en fait refléter l’effet d'autres facteurs de confusion, principalement liés aux antécédents familiaux.

 

L'obésité est un contributeur majeur à la charge de morbidité mondiale et sa prévalence devrait continuer à augmenter. Plusieurs études ont identifié des liens entre la capacité cognitive et l'obésité, avec une capacité cognitive plus faible dans l'enfance ou l'adolescence associée à un IMC plus élevé ou à un taux d'obésité plus élevé à la fin de l'âge adulte.

 

L’étude menée par le Dr Liam Wright de l’UCL analyse ici les données cognitives et d’IMC de plus de 12.250 frères et sœurs de 5.602 familles, suivis de l'adolescence à 62 ans dans le cadre de 4 études de cohorte menées aux Etats-Unis. En comparant l'association entre la capacité cognitive et l'IMC au sein des familles, l'équipe a été en capacité de tenir compte de facteurs non observés dans les études, liés aux antécédents familiaux. Cette nouvelle analyse suggère en effet :

  • plutôt l’effet d’une confusion induite par des facteurs familiaux.

  • Précisément, le passage du 25e au 75e centile des capacités cognitives à l'adolescence est associé à une diminution de 0,61 kg/m2 de l'IMC après ajustement en fonction de la situation socioéconomique de la famille.

 

Cette nouvelle analyse qui prend donc mieux en compte les antécédents et les facteurs familiaux suggère que les découvertes existantes sur le lien entre la capacité cognitive et l'IMC sont biaisées par ces facteurs familiaux.

 

La question donc reste posée : « Est-ce qu'une plus grande capacité cognitive (intelligence) aide à éviter de prendre trop de poids ? Ou est-ce l’obésité, par des voies métaboliques et inflammatoires nuit à la cognition ? ». De nombreuses études ont trouvé une association entre les deux, mais cette étude semble conclure que ces liens pourraient ne pas être de nature causale.

Plus sur le Blog Neuro
Plus sur le Blog Obésité

Autres actualités sur le même thème