Découvrez nos réseaux sociaux
Actualités

OBÉSITÉ et GROSSESSE : Sur la hausse inquiétante des complications

Actualité publiée il y a 8 mois 1 semaine 1 jour
Circulation
L’étude apporte une essentielle et nouvelle compréhension du développement du risque de maladie cardiovasculaire après une grossesse, chez les femmes souffrant d’obésité (Visuel Adobe Stock 19728620)

Les complications de la grossesse augmentent et révèlent un risque cardiovasculaire à court et à long terme croissant chez les personnes obèses, conclut cette recherche menée par des cardiologues de l’Université de Californie San Francisco (UCSF), soutenue par le National Heart, Lung, and Blood Institute (NHLBI/NIH) et publiée dans la revue Circulation de l’American Heart Association (AHA). L’étude apporte une essentielle et nouvelle compréhension du développement du risque de maladie cardiovasculaire après une grossesse, chez les femmes souffrant d’obésité.

 

Les risques associés à la grossesse en situation d’obésité ont déjà été bien documentés. L'obésité avant et pendant le début de la grossesse est bien reconnue comme un indicateur important du risque de maladie cardiovasculaire future et est significativement liée à des conséquences indésirables pendant la grossesse, telles que l'hypertension artérielle, la prééclampsie et le diabète gestationnel. Plus largement, l’obésité est un facteur de risque de maladies cardiovasculaires et de complications de grossesse liées à la tension artérielle. Cependant, le rôle des différents facteurs, l’obésité ou les complications de la grossesse et les processus sous-jacents dans le développement de ce risque de maladie cardiovasculaire des années après la grossesse, restent mal compris.

Les complications apparaissent un facteur de risque secondaire dans ce risque futur cardiovasculaire

Ainsi, même si les issues défavorables de la grossesse sont bien associées à un risque accru de maladie cardiovasculaire pendant la grossesse, les complications représentent un faible pourcentage de l'augmentation du risque de maladie cardiovasculaire dans les années qui suivent la grossesse chez les femmes obèses : l’un des auteurs principaux, Victoria L. Pemberton, chercheur en médecine cardiovasculaire au NHLBI, précise ainsi : « nous observons que certaines complications de la grossesse révèlent et augmentent les risques de maladies cardiovasculaires, mais ce ne sont pas les seuls facteurs ».

 

L’étude a analysé les données de la cohorte nuMoM2b portant sur la santé cardiaque de plus de 4.200 mères dont environ la moitié souffraient de surpoids ou d'obésité. Les chercheurs ont rapproché l’expérience de grossesse des participantes à leurs résultats de santé 2 à 7 ans plus tard. Cette analyse révèle que :

 

  • les mères en surpoids ou obèses au cours du premier trimestre de la grossesse présentent environ 2 fois plus de risque de développer un diabète gestationnel ou d'avoir une grossesse compliquée par une hypertension artérielle, vs participantes avec un poids corporel normal ;
  • les mères en surpoids ou obèses présentent également un risque accru de développer des maladies cardiovasculaires après la grossesse.
  • les grossesses compliquées par l’hypertension artérielle n’expliquent que 13 % du risque futur d’HTA chez une femme souffrant d’obésité ;
  • le diabète gestationnel n’explique que 10 % du risque futur de diabète.

 

En revanche et de manière annexe,

 

  • les femmes en surpoids ou obèses ne présentent pas d’augmentation du risque d’accoucher avant terme ou d’avoir un bébé de faible poids de naissance ;
  • les participantes ayant accouché prématurément présentent un risque accru d'hypertension artérielle, d'hyperglycémie ou d'hypercholestérolémie quelques années après la grossesse ;
  • le fait d’avoir un bébé né avec un faible poids de naissance n’est pas associé à un risque cardiovasculaire accru chez la mère.

 

On retiendra donc que :

l’obésité est bien le facteur fondamental en cause dans ce risque cardiovasculaire futur.

L’un des auteurs principaux, le Dr Sadiya S. Khan, cardiologue et professeur agrégé de médecine à la Feinberg School of Medicine de la Northwestern University, Chicago relève : « cela implique, pour les femmes en âge de concevoir d'atteindre et de maintenir un poids santé, de suivre sa santé cardiaque et de trouver des moyens de rester physiquement actif ».


Plus sur le Blog Obésité
Plus sur le Blog Gynéco

Autres actualités sur le même thème