Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ et PERTE de POIDS : Quelle efficacité du jeûne intermittent ?

Actualité publiée il y a 3 années 3 mois 6 jours
JAMA Internal Medicine

Les régimes à base de jeûne intermittent font-ils mieux que les régimes traditionnels ? Ce qui est certain c’est que tout régime de perte de poids doit être conseillé et surveillé par un professionnel de santé qualifié… Ceci dit, certains patients pourraient mieux répondre à certains types de régimes, c’est pourquoi cette équipe américaine a regardé précisément l’efficacité d’un régime limitant sur 1 jour l’apport calorique à environ 500 calories à celle d'un régime alimentaire normal. Les conclusions présentées dans le JAMA Internal Medicine ne révèlent aucun avantage supplémentaire pour le jeûne intermittent.
 

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les chercheurs de l'Université de l'Illinois, d'Alabama, de Stanford et du Pennington Biomedical Research Centre (Louisiane) ont suivi 100 participants en surpoids ou obèses, exempts de maladie cardiovasculaire et de diabète, répartis sur 3 options de régime de perte de poids d'une durée de 6 mois :

-un régime restreint quotidien en calories, soit quotidiennement 75% des besoins énergétiques de base.

 

-un jeûne intermittent : soit un apport calorique limité à 500kcal durant 1 jour, alterné avec des apports caloriques normaux les autres jours de la semaine : les jours de jeûne, les participants recevaient 25% de leurs besoins énergétiques, tous au déjeuner, un jour de jeûne, puis le jour suivant 125% des besoins énergétiques divisé entre trois repas.

 

-un régime alimentaire normal.

 

Au cours des 3 premiers mois, les groupes de régime ont reçu leurs repas pour un meilleur contrôle de l'apport calorique puis les 3 derniers mois, ils ont contrôlé eux-mêmes leur alimentation, avec des séances de contrôle hebdomadaires par un diététicien. Tous les participants ont été invités à ne pas modifier leurs habitudes de pratique de l'exercice. Le groupe de contrôle a été invité à maintenir son poids pendant la durée de l'étude, mais n'a reçu aucun conseil diététique.

 

L'expérience montre que les 2 groupes « régime de perte de poids » perdent bien du poids par rapport au groupe témoin, mais qu'il n'y a finalement aucune de différence de résultats entre les 2 régimes. Précisément :

 

-à 6 mois, la perte de poids moyenne par rapport au groupe témoin est similaire dans le groupe jeûne intermittent et régime classique de perte de poids : -6,8% vs - 6,8% ;

 

-à 12 mois, la perte de poids moyenne est à nouveau similaire dans les 2 groupes : -6,0% vs -5,3% ;

 

-les participants du groupe jeûne ont mangé plus que l'objectif prescrit aux jours de jeûne aux mois 3 et 6 et ont mangé moins que l'objectif prescrit lors du « cheat day », au cours des mois 3, 6, 9 et 12.

 

-les participants du groupe régime par restriction calorique ont respectés leurs objectifs énergétiques aux mois 3, 6 et 12 mais ont mangé moins que prescrit au mois 9.

 

-aucune différence dans la tension artérielle ou la fréquence cardiaque n'a été relevée entre les 2 groupes.

 

-Le taux de décrochage dans tous les groupes atteint 31%. Le taux de décrochage était le plus élevé dans le groupe jeûne intermittent : 38%.

 

 

Ainsi, si le jeûne intermittent « ne fait pas mieux » qu'un régime de restriction calorique classique, en revanche, la différence se voit sur l'observance…un tiers des participants abandonnent en cours d'étude, et la majorité d'entre eux appartiennent au groupe jeûne intermittent. Les auteurs de l'étude concluent que le jeûne intermittent n'est pas supérieur au régime quotidien de restriction calorique en ce qui concerne l'observance, la perte de poids, le maintien du poids ou l'amélioration des indicateurs de risque de maladies cardiovasculaires. Cela ne signifie pas que le jeûne intermittent ne fonctionne pas mais cela rappelle qu'on est plus susceptible de respecter un régime lorsqu'il n'est pas trop difficile à respecter.

 

May 1 2017 doi:10.1001/jamainternmed.2017.0936 Effect of Alternate-Day Fasting on Weight Loss, Weight Maintenance, and Cardioprotection Among Metabolically Healthy Obese Adults - A Randomized Clinical Trial

 

Accéder à nos dossiers

 

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire
Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

 

Retrouvez les blogs thématiques de Santé log : Obésité blog

 

Autres actualités sur le même thème